Enquête Global Investor Study

L’excès de confiance peut-il pénaliser vos projets d’investissement ?

Les investisseurs qui pensent avoir plus de connaissances qu'ils n'en possèdent réellement dans le domaine de l'investissement pourraient être pénalisés dans leurs projets d’investissement.

12/09/2016

Le manque à gagner des investisseurs qui surestiment leur capacité à maîtriser leurs investissements pourrait se chiffrer en milliards de dollars.

L'enquête Schroders Global Investor Study 2016 révèle que seulement 13 % des investisseurs du monde entier reconnaitraient avoir des connaissances en investissement inférieures à la moyenne. C'est particulièrement le cas des investisseurs français, américains, britanniques et allemands.

51 % des investisseurs interrogés par Schroders estiment disposer de connaissances supérieures à la moyenne dont 48 % en France, ce qui suggère un excès de confiance en soi.

Selon une autre enquête, l'idée que se font les investisseurs au sujet de leurs propres capacités à investir a généré un manque à gagner de près de 300 milliards de dollars ces 20 dernières années.     

Un trou noir de 300 milliards de dollars est particulièrement difficile à combler, notamment lorsque le patrimoine et la retraite des investisseurs sont générés dans un monde marqué par une croissance ralentie et des taux d'intérêt bas.

Pourtant, 63 % des investisseurs finaux du monde entier n'ont pas été en mesure d'identifier clairement le rôle d'un gestionnaire de fonds. Le résultat est plus inquiétant encore en France avec 71 % d’échec.

Les investisseurs des marchés développés sont coupables

L'enquête Schroders Global Investor Study 2016 révèle que les investisseurs de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni et des Etats-Unis figurent parmi les plus optimistes dans l’évaluation de leurs propres connaissances en investissement.

Les investisseurs de deux des pays les plus peuplés au monde partagent également cet optimisme. Les investisseurs en Chine et en Inde, où les classes moyennes bourgeonnent et le besoin d'une meilleure gestion de leurs projets d’investissementse fait de plus en plus présent, présentent une confiance inégalée dans l'estimation de leurs capacités à investir.

Graphique : Les investisseurs semblent surestimer leurs connaissances en investissement.

L'arrogance (ou l'innocence) des jeunes

L'enquête révèle également que les investisseurs français de la génération Y, âgés de 18 à 35 ans, affichent généralement un excès de confiance comparé aux investisseurs de 36 ans et plus. Parmi eux, 56 % estiment disposer de connaissances supérieures à la moyenne, tandis que le chiffre n'est que de 42 % pour la catégorie des plus de 36 ans.

Ce comportement pourrait s'avérer décisif pour leurs projets d’investissement et leur aptitude à créer de la richesse à l'avenir.

Une impossibilité statistique

L'idée que nous sommes tous meilleurs que la moyenne n'est pas rare. Les résultats de l'enquête Schroders Global Investor Study 2016 font écho à une étude psychologique suédoise des années 80 qui s'intéressait aux aptitudes au volant. L'enquête avait révélé que plus de trois quarts des sondés s'estimaient meilleurs conducteurs que la moyenne.

L'enquête de Schroders indique qu'un peu moins de la moitié des investisseurs en France (48 %) pensent avoir des connaissances bien supérieures ou légèrement supérieures à la moyenne en matière d'investissement.

Pourquoi est-ce important pour vos objectifs financiers ?

L'enquête Schroders Global Investor Study 2016 a également mis en lumière l'éventualité que les investisseurs aient des attentes peu réalistes en ce qui concerne les revenus qu'ils génèrent via leurs investissements.

En moyenne, les investisseurs français espèrent un revenu de 7,9 %. Un chiffre surprenant dans un contexte où la majorité des obligations des pays développés ont un rendement proche de zéro et le rendement des dividendes des actions n'est que de 3 % environ.

Ces anticipations de revenu confortent les résultats de l'enquête selon lesquels les investisseurs ont une confiance trop grande dans leur propre compréhension des investissements, ce qui pourrait se traduire par une baisse de leurs prévisions financières à long terme.

Dalbar, une société d'études de marché basée à Boston, spécialisée dans l'évaluation des pratiques des sociétés de services financiers, a constaté qu'au cours des 20 dernières années, les investisseurs en actions particuliers ont sous-performé le marché générant une perte de près de 300 milliards de dollars.

Selon elle, cette baisse de revenus pourrait s'expliquer par le comportement même des investisseurs, qui cèdent notamment à des vagues de ventes massives sous le coup de la panique et d'achats exubérants aux moments les moins opportuns.

Cette confiance non justifiée dans leurs capacités à investir pourrait pénaliser leurs objectifs à long terme ; les investisseurs pourraient en outre ne pas atteindre leurs objectifs et être contraints de prendre des décisions hâtives pour compenser plus tard leurs pertes, ou bien travailler plus longtemps.

Sur une note plus positive, les investisseurs sont toujours désireux d'en apprendre davantage.

Vous pouvez tester votre connaissance des investissements grâce à notre outil incomeIQ, qui vous indiquera vos biais comportementaux, votre profil et des informations utiles pour vous aider à améliorer vos décisions d'investissement.

Pour consulter l’enquête Schroders Global Investor Study 2016 dans son ensemble et les infographies, visitez le site www.schroders.com/gis

Vous pouvez accéder à l’enquête  complète en cliquant sur le lien ci-dessous.

 

Remarques : à propos de l’enquête Schroders Global Investor Study 2016

Confiée par Schroders à Research Plus Ltd, cette enquête indépendante a été conduite en ligne entre le 30 mars et le 25 avril 2016 auprès de 20 000 investisseurs basés dans 28 pays (notamment l’Allemagne, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Espagne, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas et le Royaume-Uni). Au sens de cette enquête, un investisseur correspond à toute personne envisageant d'investir au moins 10 000 euros (ou une somme équivalente) au cours des 12 prochains mois et ayant modifié ses placements au cours des cinq dernières années. Ces personnes sont considérées comme représentatives de la population des investisseurs de chaque pays dans lequel a été menée l’enquête.

Information importante : ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d'un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi. Ce document exprime les avis et opinions de Schroders qui sont susceptibles de changer. Publié par Schroders France, 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France. Pour votre sécurité, les communications peuvent être enregistrées et surveillées.

Lire l’article en pdf

8 pages | 339 kb

TELECHARGER