Enjeux ESG/Investissement responsable

Mise à jour du tableau de bord du changement climatique, T3 2018

La température globale est en passe d’augmenter de 4 degrés par rapport au niveau d’avant la révolution industrielle, selon les dernières données issues de notre tableau de bord du changement climatique.

Cette analyse fait suite à l’avertissement lancé par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans son rapport du 6 octobre selon lequel une transition « rapide et de grande portée » s’imposera pour tenir les engagements pris par les dirigeants mondiaux.

Le tableau de bord du changement climatique – lancé par Schroders l’an dernier – est conçu pour fournir aux investisseurs un suivi des progrès des gouvernements et des industries vers la réalisation de l’objectif d’une hausse maximum de la température de 2°C fixé par l’Accord de Paris en 2015.

Ce tableau de bord - mis à jour de manière trimestrielle - mesure la hausse durable des températures à laquelle le monde sera très probablement confronté, à l’aune des quatre facteurs suivants : changement politique, contexte commercial, progrès technologique et indicateurs énergétiques. Les 12 indicateurs identifiés par Schroders comme vecteurs clés du changement climatique continuent de laisser entrevoir un réchauffement nettement supérieur aux objectifs.

Les conclusions du tableau de bord

Andrew Howard, responsable de la recherche ESG chez Schroders, explique pourquoi l’ampleur actuelle de l’action menée en faveur du climat continue d’augurer d’un réchauffement durable d’environ 4°C :

Nous avons créé le tableau de bord du changement climatique afin d’aider les analystes, gérants de fonds et clients de Schroders à suivre l’action sur le climat1. Le changement climatique est un défi inéluctable pour les investisseurs – les températures vont grimper ou l’économie et les industries vont connaître une transformation. Il est dès lors essentiel de suivre l’ampleur et le rythme du changement climatique afin de gérer les risques qui en découlent en termes d’investissement. 

Notre analyse laisse entrevoir un réchauffement durable d’environ 4°C. L’écart apparemment modéré entre 2 et 4 degrés aura en fait d’énormes conséquences d’un point de vue pratique. Des études scientifiques estiment que les retombées tangibles d’un réchauffement de 4 degrés seraient notamment les suivantes :

  • Baisse de 30 à 40 % des rendements agricoles en moyenne par rapport aux niveaux actuels.2
  • Jusqu’à 300 millions de personnes pourraient être affectées par des inondations côtières.3
  • Un tiers de la population mondiale serait confronté à une pénurie d’eau.4
  • Les pertes pour l’économie mondiale pourraient atteindre 23 000 milliards USD d’ici 80 ans, soit un impact trois ou quatre fois supérieur à celui de la crise financière de 2008, et dont l’ampleur continuera à s’accroître.5

Ces estimations elles-mêmes sont entourées d’incertitude. Il n’existe pas de précédent historique sur lequel s’appuyer et nul ne sait réellement quel sera l’impact de la concentration accrue des gaz à effet de serre sur la température ou les dégâts matériels. 

Selon nous, les responsables politiques sont conscients de cette menace et agiront avec plus de détermination qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent. L’amélioration de l’économie de bon nombre de technologies propres accélère l’adoption de bonnes pratiques même en l'absence d’action au niveau politique. Nous pensons (et espérons) que des mesures plus fortes seront prises ces prochaines années, entraînant une révision des anticipations du marché et une réévaluation des gagnants et des perdants de l'action menée sur le front climatique.

Les prix du carbone offrent une lueur d’espoir

Les dirigeants mondiaux auront l’occasion de démontrer leur engagement lors de la conférence sur le changement climatique de Katowice (COP 24) qui se tiendra en décembre prochain. La perspective d’annonces radicales semble faible ; les travaux préparatoires ont été limités et ont eu peu d’écho dans les médias, contrairement au tapage qui avait précédé l’annonce de progrès décisifs par le passé.6 

Cependant, les marchés ont fourni un signal plus fort ces derniers temps. Le changement le plus important dénoté par le tableau de bord ce dernier trimestre concerne la hausse des prix du carbone tant en Europe qu’aux États-Unis. 

En Europe, le prix des crédits carbone a grimpé de 15 à plus de 20 euros la tonne depuis la mi-2018, atteignant un prix supérieur à 25 euros la tonne mi-septembre. Ce niveau est le plus élevé depuis 2009. Cette hausse a ramené le réchauffement impliqué par le prix du carbone à lui seul de 4,1 à 3,4 degrés au cours des trois derniers mois. Le graphique compare les prix du carbone en Europe (ligne bleue) à ceux aux États-Unis (ligne jaune).

 

Source : Thomson Reuters, RGGI

La hausse des prix amorcée il y a un an découle de la réforme du système d'échange de quotas d'émissions (ETS) de l’Union européenne.  Cette réforme contribue largement à réduire l'excédent d’offre de crédits, induisant un resserrement du marché du carbone et favorisant l’objectif consistant à promouvoir les gains d’efficience et l’investissement dans les technologies propres. 

Cependant, nous sommes encore bien loin du compte. Selon nos estimations, il faudrait que les prix atteignent pas moins de 100 euros la tonne pour respecter les objectifs à long terme de réduction des émissions de carbone. En outre, le prix du carbone ne constitue qu’une étape vers un changement décisif de l’action menée pour lutter contre le réchauffement climatique.

Comme toujours, deux pas en avant s’accompagnent d’un pas en arrière.  Le trimestre dernier, nous mettions en avant l’importance du maintien de la rigueur en matière d’investissement dans le secteur gazier et pétrolier, qui compte également parmi nos indicateurs.  À mesure que les prix augmentent, les producteurs axés sur la croissance sont tentés de délier les cordons de la bourse.

Les données financières trimestrielles issues de ce secteur mettent le risque en exergue : les investissements gaziers et pétroliers laissent entendre que la croissance à long terme de la production est désormais légèrement plus élevée qu’il y a un an. La rigueur n’a pas capitulé et cet obstacle au progrès global dans la lutte contre le réchauffement est plus que contrebalancé par l’impact positif de la hausse des prix du carbone. Cependant, la rigueur en matière d’investissement conditionne l’aptitude des producteurs d’énergies fossiles à réduire les émissions de carbone et sera un aspect clé à l’avenir.  

Du point de vue de la situation globale, les mesures en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique vont dans la bonne direction, bien que les progrès soient lents comparé au rythme qui sera nécessaire.


1. Respecter l’engagement des leaders mondiaux à limiter la hausse des températures à deux degrés exigera l’action de nombreux acteurs, dans de nombreux domaines. Le tableau de bord présente la hausse des températures à long terme résultant des efforts accomplis dans chaque domaine, et offre une vue d’ensemble de la vitesse et de l’ampleur des actions en faveur du climat, dans l’ensemble des domaines qui doivent évoluer. Il offre une vue plus complète que n’importe quel indicateur isolé. Pour plus d’informations, consultez le site https://www.schroders.com/en/about-us/corporate-responsibility/sustainability/climate-progress-dashboard/ pour plus d’informations 

2. http://dels.nas.edu/resources/static-assets/materials-based-on-reports/booklets/warming_world_final.pdf

3. Voir le rapport Stern sur l'économie du changement climatique : http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/+/http://www.hm-treasury.gov.uk/sternreview_index.htm

4. https://www.wri.org/ipcc-infographics

5. https://phys.org/news/2018-08-trillion-lost-temperatures-degrees.html

6. Par exemple, le Premier ministre fidjien et président de la COP 23 a récemment souligné le manque de préparation des pays signataires

Le contenu de ce site est destiné aux particuliers et aux investisseurs non professionnels.

Ce document exprime les opinions du gérant ou de l'équipe citée et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., 5 Heienhaff, 1736 Sennengerbierg, Luxembourg