Perspectives

L’importance des entreprises innovantes face aux enjeux planétaires


Ce n’est pas un scoop : notre monde est confronté à de nombreux défis urgents. L’expérience de la pandémie mondiale a montré à quel point nous sommes tous vulnérables aux maladies contagieuses. Les effets du changement climatique sont devenus plus évidents que jamais cette année, des feux de forêt au Canada aux inondations en Allemagne. Récemment en Inde, les émissions toxiques combinées aux conditions météorologiques ont forcé New Delhi à entrer dans une forme de confinement due à la pollution de l’air.

Les défis ne s’arrêtent pas là. Nous pourrions mentionner la protection de la biodiversité, l’amélioration de la santé et de l’éducation, et l’accélération de la croissance économique. Tous sont essentiels au développement durable à mesure que la population mondiale s’accroît.

Il s’agit de défis d’envergure, mais ils ne sont pas insurmontables. L’attention accrue portée aux Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies par les autorités marque une réelle volonté politique.

C’est l’occasion pour le secteur privé de montrer sa capacité à élaborer de nouveaux produits et solutions pour réaliser la promesse d’un avenir durable.

L’innovation sera cruciale. Et les investisseurs qui se tournent vers des entreprises innovantes pourraient en bénéficier.

L’innovation transforme les objectifs en résultats concrets

Les gouvernements et les responsables politiques ont un rôle important à jouer pour définir le programme à suivre. Le mois dernier, lors de la COP26, les pays ont renforcé leurs engagements en matière de changement climatique. Mais fixer un objectif est une chose, l’atteindre en est une autre.

Le développement de vaccins contre la Covid-19 constitue un bon exemple. Si le soutien du secteur public a été essentiel pendant la pandémie, ce sont les entreprises privées qui présentaient l’expertise scientifique nécessaire pour mettre au point, grâce à leurs capacités ARNm de pointe, un vaccin efficace contre le virus. Elles ont alors dû collaborer avec d’autres entreprises du secteur privé pour tester, produire et distribuer ces vaccins à grande échelle.

Le succès des vaccins ARNm montre l’importance de l’innovation. Si, en tant que société, nous souhaitons atteindre les ODD, nous ne pouvons pas compter uniquement sur des solutions éprouvées. C’est là qu’intervient le secteur privé.

À nos yeux, Boston Consulting Group l’a clairement exprimé : « De toutes les forces dont le secteur privé dispose pour tenter de faire avancer les ODD à l’horizon 2030, la plus puissante est de loin sa capacité unique à innover rapidement, attirer des capitaux vers des solutions innovantes et stimuler les innovations à grande échelle. Cette combinaison, difficile à trouver dans le secteur public ou dans le secteur social, constitue le moteur du secteur privé. »

Une opportunité unique pour les investisseurs

La réalisation des ODD nécessitera le développement de technologies entièrement nouvelles, qui n’existent pas à l’heure actuelle ou qui n’ont pas encore été développées à grande échelle. La crise climatique en particulier, et l’objectif d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050, signifient qu’il est urgent d’innover sans attendre.

Le développement de nouvelles technologies et de nouveaux produits comporte toujours une part de risque, mais la prise de risque – en prévision d’un rendement futur potentiel – est l’essence même de l’investissement en actions :

« Lorsqu’un besoin social peut être comblé via un modèle d’affaires rentable, la magie du capitalisme se révèle. Dès lors, les solutions aux nombreux problèmes sociétaux profondément ancrés auxquels nous sommes confrontés se développent de manière autonome et extensive. » (de Where ESG Fails [Là où l’ESG échoue], Porter, Serafaim et Kramer, Harvard Business School)

Les investisseurs peuvent avoir un impact positif en utilisant leur capital pour soutenir les entreprises qui contribuent à trouver ces solutions. Nous percevons une énorme opportunité commerciale pour les entreprises innovantes, car la demande de solutions face aux problèmes mondiaux ne fera que s’intensifier.

Chaque secteur doit s’adapter pour devenir plus durable. Prenons l’exemple de la construction. Le rapport Global Opportunity Explorer 2019 de l’ONU souligne : « Dans le monde, les bâtiments représentent 30 % de la consommation d’énergie et produisent près d’un tiers des émissions de carbone induites par l’homme… Le secteur peut s’attendre à de nouvelles politiques et réglementations, à l’évolution des demandes des investisseurs en faveur de bâtiments plus certifiés, à une raréfaction accrue de l’énergie et des ressources, à l’arrivée de nouveaux concurrents qui placent les principes de la construction circulaire au cœur de leurs modèles économiques. »

Les investisseurs peuvent tirer leur épingle du jeu en identifiant des entreprises qui répondent à ces défis, avec des produits capables de stimuler la transformation de secteurs comme la construction.

Basculer vers des solutions durables

En Europe, il existe de nombreuses entreprises dans un large éventail de secteurs qui placent l’innovation au cœur de leur activité, et qui tentent activement de soutenir les ODD de l’ONU.

L’une d’elles est Sika, une entreprise suisse de chimie spécialisée qui vend des additifs, des adhésifs et des matériaux de pointe dans le secteur de la construction.

Près de 70 % du portefeuille de produits de Sika est déjà favorable à la durabilité, et l’entreprise place la barre encore plus haut. Elle s’est engagée à ce que, d’ici 2023, tous les nouveaux produits lancés fassent partie d’une « solution durable », apportant à ses clients et à la planète un avantage tangible en termes de réduction des émissions de CO2, de consommation d’énergie et d’eau.

Outre l’amélioration progressive des produits existants, Sika investit dans des processus totalement innovants. Par exemple, le procédé de recyclage du béton ReCo2ver, qui réinjecte le CO2 dans le béton en vue de son recyclage. Cela signifie qu’en plus de réduire la production de CO2, cette solution crée une opportunité de captage du carbone.

Le spécialiste de la nutrition DSM est un autre exemple d’entreprise innovante. Il dispose d’un réseau de 1 700 scientifiques internes, qui cherchent à créer des produits améliorant la santé des personnes, des animaux et de la planète.

L’un des produits DSM conçus pour améliorer la santé de la planète est Bovaer, un additif alimentaire en poudre pour les vaches. Cet additif élimine, sans danger, une enzyme qui déclenche la production de méthane dans l’estomac de la vache. Il permet donc de réduire considérablement les émissions de méthane dues aux bovins, ce qui est crucial étant donné que ce gaz a un impact plus important que le dioxyde de carbone sur le réchauffement climatique.

Ces produits innovants sont nés de la capacité à envisager un problème sous un angle différent. Le béton est la substance la plus utilisée sur Terre, et il n’est pas possible de simplement cesser de le produire du jour au lendemain. Mais comment réduire considérablement son empreinte carbone en recourant à la science pour créer des méthodes alternatives de production, en utilisant des matériaux différents et en permettant son recyclage ? De même, en attendant que l’humanité entière soit disposée et capable de passer à une alimentation entièrement végétale, comment pouvons-nous gérer les impacts négatifs de l’élevage ?

Pour que les nouveaux produits aient un impact, ils doivent être développés, testés et transformés en propositions commerciales à grande échelle. Le secteur privé peut prouver sa valeur en amenant ces innovations du laboratoire au client. Pour les investisseurs, nous identifions un potentiel pour profiter de la croissance rentable que ces innovations peuvent générer, en soutenant les entreprises qui placent l’innovation au cœur de leurs activités.

Le contenu de ce site est destiné aux particuliers et aux investisseurs non professionnels.

Ce document exprime les opinions du gérant ou de l'équipe citée et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., 5 Heienhaff, 1736 Sennengerbierg, Luxembourg