Perspectives

Cinq choses que tout investisseur doit savoir sur la disruption


Qu’est-ce que la disruption ?

La disruption est définie comme une perturbation ou un problème interrompant un événement, une activité ou un processus.

Dans le contexte de l’économie mondiale, la perturbation peut résulter :

  • d’innovations technologiques (comme Internet, les smartphones ou l’intelligence artificielle)
  • d’un changement des habitudes de consommation (comme le passage aux achats en ligne)
  • de nouvelles réglementations ou politiques gouvernementales (comme le passage aux sources d’énergie renouvelables ou le renforcement de la réglementation sur la vente de produits tels que le tabac ou l’alcool).

Où est-ce en train de se produire ?

La disruption est omniprésente et affecte tous les aspects de la vie moderne. Les industries se transforment en petites startups flexibles équipées d’une technologie supérieure, qui commercialisent des produits innovateurs et supplantent ainsi les grandes entreprises établies qui ont dominé le secteur pendant des décennies.

La disruption n’affecte pas uniquement les secteurs les plus visibles (comme les télécommunications, les logiciels, le commerce de détail et les médias), mais elle a un effet à tous les niveaux. Y compris des domaines souvent considérés comme immunisés contre la disruption.

Les services juridiques, par exemple, sont appelés à se transformer, car l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) rendra le processus de recherche juridique plus rapide, moins gourmand en main-d’œuvre et (espérons-le) beaucoup moins coûteux.

Dans le domaine de la santé, les nouvelles technologies sont en train de changer la manière dont les laboratoires pharmaceutiques mènent leurs recherches dans des domaines comme la génétique et la thérapie génique, ce qui aurait été impossible il y a quelques années seulement. Comme la technologie de séquençage de l’ADN peut maintenant être appliquée à des petites zones ciblées ou à l’ensemble du génome, les chercheurs sont en mesure d’étudier et d’analyser les maladies d’une manière complètement différente et beaucoup plus efficace en termes de coûts, ce qui transforme la façon dont les nouveaux médicaments sont mis au point.

Comment les entreprises réagissent-elles à la disruption ?

La disruption change le mode de fonctionnement de l’économie mondiale, et l’évolution rapide des nouvelles entreprises transforme la façon dont elles interagissent avec leurs clients.

Face à la disruption (causée par un nouveau concurrent ou un nouveau produit), les entreprises concernées ont tendance à réagir soit en jouant le rôle de facilitateur (vecteur du changement) ou d’adaptateur (qui apporte une réponse positive au changement en cherchant à modifier son activité ou sa gamme de produits) soit en niant la réalité (elles ne s’adaptent pas).

Lors de la ruée vers l’or au 19e siècle en Californie, les facilitateurs (et les personnes qui se sont enrichies) étaient ceux qui vendaient pioches et pelles. Les développeurs de logiciels sont un exemple de facilitateurs d’aujourd’hui. Mais chaque fois qu’une disruption survient, il y a invariablement des entreprises qui fournissent les outils nécessaires au changement (souvent sans les risques associés aux disrupteurs eux-mêmes).

Quand cela se produit-il ?

Les disruptions ne sont pas un phénomène nouveau (la révolution industrielle peut être considérée comme l’un des premiers exemples de disruption économique), mais le rythme du changement résultant de l’innovation technologique s’accélère.

La révolution technologique de ces dernières années, qui a été marquée par l’expansion de l’utilisation d’Internet et de la téléphonie mobile, n’est qu’un début. Nous en sommes arrivés à un point de convergence technologique tel que l’on va assister à une explosion de l’innovation dans les prochaines années.

L’intelligence artificielle continuera de se développer à un rythme rapide, soulignant ainsi son importance croissante dans la gestion et le stockage de l’explosion des données (photos numériques, musique, films, etc.) que nous avons connue ces dernières années.

Des secteurs comme celui des services bancaires sont appelés à se transformer étant donné que les nouvelles technologies modifient radicalement la façon dont les consommateurs gèrent leur argent. Alors que les détaillants sont confrontés à une concurrence de plus en plus rude de la part des marchands en ligne, les prochaines années verront le début d’une transition transformationnelle du moteur à combustion interne vers la voiture électrique.

En quoi la disruption me concerne-t-elle en tant qu’investisseur ?

Le monde moderne est en train de changer et il change vite. La disruption fait désormais partie de notre quotidien et elle transforme les habitudes des consommateurs ainsi que les interactions entre les entreprises et leurs clients. Mais ce qui est intéressant du point de vue de l’investissement, c’est la croissance qui est générée par la disruption. Chaque fois qu’une disruption apparaît, elle est accompagnée d’innovations et des développements aux effets potentiellement très puissants. L’innovation crée une croissance qui n’a pas encore été reconnue.

Les entreprises gagnantes de demain seront sans aucun doute celles qui intégreront la disruption et s’adapteront aux changements ; à l’inverse, celles qui ne s’adapteront pas ou tenteront de nier l’existence des changements en cours risquent fort d’en payer le prix.

En tant qu’investisseur dans les perturbations, Alex Tedder a bien l’intention de ne pas se limiter aux gros titres et d’imaginer à quoi ressemblera l’avenir. Un investisseur moderne doit comprendre le pouvoir de la disruption en vue d’identifier les entreprises susceptibles d’en bénéficier et celles susceptibles d’en être les victimes. Les investisseurs qui cherchent à créer un portefeuille d’actions voudront peut-être en allouer une partie au thème de la disruption en général plutôt que de se concentrer sur un pays, un secteur ou un indice particulier.

Le contenu de ce site est destiné aux particuliers et aux investisseurs non professionnels.

Ce document exprime les opinions du gérant ou de l'équipe citée et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., 5 Heienhaff, 1736 Sennengerbierg, Luxembourg