Points de vues

Comment les avancées technologiques et médicales transforment l’investissement dans le secteur de la santé


Mis à part la Covid-19, quels sont les autres problèmes qui vont remodeler le secteur de la santé ?

Les principaux moteurs du secteur restent inchangés : la demande de services de santé s’accélère, car la population vit de plus en plus longtemps. Les gouvernements du monde entier sont confrontés à des pressions budgétaires du fait de la demande croissante de services de santé, si bien que l’accroissement de l’efficience des systèmes de santé n’est plus une option, mais une nécessité.

La technologie — les nouvelles découvertes dans la biologie des maladies et les nouvelles modalités de traitement — crée une immense vague de nouveaux traitements permettant d’améliorer considérablement l’état de santé des patients. L’utilisation des technologies de l’information pour rendre l’offre de soins de santé plus efficace et en améliorer la qualité est tout aussi prometteuse.

 

 

Quel est l’impact de la technologie sur le secteur de la santé ?

Ce secteur est en passe de connaître des bouleversements importants en matière de connaissances et de technologies. L’évolution des sciences médicales ces dernières années a largement fait avancer les connaissances sur la biologie des maladies, conduisant au développement régulier de nouveaux médicaments innovants et des diagnostics associés.

Les technologies médicales contribuent aux nouveaux instruments thérapeutiques qui impactent certaines maladies complexes, ce qui réduit les effets dévastateurs des accidents vasculaires cérébraux. La santé numérique rend déjà plus efficace l’offre de soins de santé et contribue à améliorer l’état de santé des patients. Elle permettra de démocratiser la gestion des soins de santé et du bien-être, en fournissant aux individus les outils et les données nécessaires pour assumer une plus grande responsabilité s’agissant de leur santé personnelle.

Bien que ces changements soient en gestation depuis un certain temps déjà, nous atteignons désormais un point d’inflexion positif où nous allons commencer à observer de véritables innovations et des progrès dans l’ensemble du secteur. Cette tendance stimulera la performance des sociétés à la pointe de l’innovation. Ce phénomène se manifeste par un certain nombre de médicaments nouveaux et innovants dans des domaines tels que l’oncologie et la thérapie génique qui sont sur le point d’être commercialisés. Parallèlement, la pandémie de Covid-19 a accéléré l’adoption de la télésanté et des services numériques.

 

 

Quels sont actuellement les segments les plus intéressants dans le secteur de la santé ?

Les segments les plus touchés par la Covid-19, à savoir les hôpitaux, les prestataires de soins et la santé grand public (par exemple, les appareils auditifs), connaissent une reprise des interventions chirurgicales et des volumes de patients qui contribue à doper la performance et cette tendance devrait se maintenir jusqu’à l’an prochain. L’accroissement accéléré de la production de vaccins contre la Covid-19 et la prise de conscience grandissante du caractère pérenne des vaccinations signifient qu’il existe encore un potentiel de croissance pour les entreprises impliquées dans la chaîne d’approvisionnement de la production.

Même si des segments tels que les biotechnologies et les technologies médicales se sont bien comportés, des opportunités subsistent à moyen terme. Un flux constant de nouvelles sociétés biotechnologiques prometteuses existe dans différentes régions, qui devraient bénéficier de la réussite des principales phases d’essais cliniques ou en tant que cibles d’acquisition par de plus grandes entreprises en quête de nouveaux produits.

La période de confinement a mis en lumière les avantages de la télésanté et des services de santé numériques. Cela conduit au développement de nouveaux outils permettant de mieux gérer des maladies chroniques telles que le diabète à l’aide de dispositifs de suivi à distance ou de produits de santé comportementaux fondés sur l’intelligence artificielle afin d’améliorer la prise en charge des patients. Cette tendance est encore relativement précoce dans son adoption et reste donc une source de croissance à un horizon de moyen à long terme.

 

 

Des facteurs sont-ils susceptibles de freiner la croissance à l’avenir ?

La question budgétaire deviendra encore plus aiguë pour les gouvernements, compte tenu des montants empruntés cette année. Je pense que cela crée une impulsion supplémentaire pour une meilleure gestion des ressources. Cette situation rend nécessaires une réflexion nouvelle et l’adoption de technologies qui profitent aux patients, mais elle profitera aussi aux systèmes de santé en termes de coûts.

La politique du gouvernement dans le domaine de la santé, en particulier en matière de tarification, fait régulièrement couler beaucoup d’encre, notamment au gré des cycles électoraux.  En réalité, la plupart des gouvernements doivent intégrer des services de santé privés pour développer et soutenir les différents niveaux de prestations offerts par le système public. Cela signifie qu’ils doivent créer un environnement propice à ces entreprises.

 

 

Quid de la durabilité ?

Trois facteurs sont selon nous susceptibles de faire de la santé un domaine de croissance durable pour de nombreuses années à venir. Le premier est la situation démographique. L’augmentation du nombre de personnes âgées dans le monde entraîne une accélération de la demande de services de santé. Aux États-Unis par exemple, les membres les plus âgés de la génération des baby-boomers approchent de 75 ans, âge associé à l’utilisation maximale de services tels que la pose de prothèses de hanche, les appareils auditifs ou autres troubles liés au vieillissement.

Le second facteur est l’efficacité. La charge financière pesant sur les budgets nationaux et l’assurance-santé offerte par l’employeur créent la force nécessaire au changement. Aux États-Unis par exemple, entre 30 % et 40 % des dépenses de santé sont jugées être gaspillées, faisant naître une énorme opportunité d’améliorer l’efficacité.

Le troisième facteur clé est la technologie. Un flux constant de nouvelles technologies de rupture dans le développement de médicaments et de technologies/de données apporte de nouvelles approches de prise en charge des maladies. Celles-ci permettent d’améliorer l’état de santé des patients de manière plus rentable.

La crise de la Covid-19 a mis en lumière toute l’importance de ces technologies. Cependant, le rythme accéléré des évolutions dans le domaine de la santé est aujourd’hui la raison la plus convaincante pour les investisseurs de s’intéresser au secteur.

 

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.