Perspectives

Comment les investisseurs peuvent-ils promouvoir une consommation responsable dans les marchés émergents?


Dans l'ensemble, les modes de consommation actuels adoptés dans le monde ne sont pas durables et contribuent au changement climatique, à la perte de biodiversité et à la pollution.

À mesure que les populations augmentent et que les économies se développent, la quantité de matériaux utilisés dans la production et la consommation de biens et services courants s’accroît à un rythme rapide, et épuise les ressources naturelles dont nous dépendons pour vivre sur la Terre.

Les marchés émergents sont plus sensibles à certains effets négatifs de la consommation. Toutefois, grâce à l'investissement à impact, il est possible d'investir dans des entreprises qui contribuent à la transition vers un avenir plus durable. Voici comment.

Que doit-il se passer?

Pour construire un avenir plus durable – dans lequel la croissance économique ne passe pas par la destruction de l'environnement – les habitudes de consommation doivent changer partout dans le monde, dans les pays développés comme dans les pays émergents.

Nous devons réduire la consommation globale, mais aussi passer d'une consommation néfaste pour l’environnement à une consommation responsable: détruire moins de forêts, émettre moins de carbone, utiliser moins d'emballages plastiques et réduire les déchets par le recyclage.

Dans un monde idéal, nous produirions et consommerions dans une économie circulaire, qui privilégie l'utilisation efficace des ressources et la valorisation des déchets dans de nouveaux produits réutilisés plusieurs fois. Dans ce modèle, rien n'est jeté, tout est réutilisé à plusieurs reprises dans l'économie.

L'importance de l'économie circulaire est officiellement reconnue dans les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Au nombre de 17, ces ODD visent à promouvoir la paix, la prospérité et l’éradication de la pauvreté, tout en protégeant la planète. 

- Pour en savoir plus sur les ODD des Nations Unies, consultez notre guide rapide 

L'ODD 12 vise à assurer des modes de consommation et de production durables au moyen de diverses mesures, notamment des politiques spécifiques et des accords internationaux sur la gestion des matériaux toxiques pour l'environnement.

Voici quelques-unes des cibles associées à l'ODD 12:

  • D'ici 2020, parvenir à une gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et de tous les déchets tout au long de leur cycle de vie
  • D’ici à 2030, réduire de moitié à l’échelle mondiale le volume de déchets alimentaires par habitant au niveau de la distribution comme de la consommation et réduire les pertes de produits alimentaires tout au long des chaînes de production et d’approvisionnement, y compris les pertes après récolte
  • D’ici à 2030, réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation

Mais les responsables politiques ne sont pas les seuls à devoir contribuer à la réalisation de cet objectif. Les investisseurs axés sur l’impact ont un rôle clé à jouer. L'investissement à impact vise à apporter une contribution positive mesurable à la société ou à l'environnement, tout en générant des rendements financiers attractifs.

Nous pensons qu’il est possible d’y parvenir en investissant dans les actions d’entreprises qui, en plus de leurs promesses financières, montrent leur intention d’avoir un impact positif sur les personnes et les environnements dans lesquels elles opèrent.

Quels sont les problèmes auxquels sont confrontés les marchés émergents?

Les marchés émergents sont susceptibles de ressentir plus fortement l'impact de la consommation irresponsable.

Non seulement les effets de la surconsommation de nos ressources naturelles – comme le changement climatique – affectent de manière disproportionnée les pays en développement, mais les infrastructures de traitement des déchets sont souvent insuffisantes ou inexistantes, avec pour conséquence la pollution et les risques sanitaires.

La pollution plastique est un problème relativement bien connu tant dans les pays développés que dans les pays émergents. Selon une étude réalisée par la Banque mondiale en 2018, les États-Unis étaient responsables de 13% des déchets plastiques mondiaux. Les marchés émergents comme la Chine (qui contribue à 11% des déchets plastiques) et l'Inde (9%) ne sont pas loin derrière, tandis que les régions Amérique latine et MENA ont généré respectivement 11% et 6% de ces déchets.

Mais le plastique n’est pas seul en cause – les problèmes causés par d'autres types de déchets sont moins bien reconnus.

Prenons les déchets électroniques, qui connaissent la croissance la plus rapide au niveau mondial du fait de l'augmentation de la consommation d'équipements électroniques et de la rapidité (généralement) de leur obsolescence. Les déchets électroniques augmentent de 30% par an en Inde, par exemple, et la faiblesse des taux de recyclage dans le monde est inquiétante. Le taux moyen pour l’Amérique latine et les Caraïbes est de 1,2%, tandis qu'en Afrique subsaharienne, il est de 1,6% (données 2019, ONU). 

Non seulement les économies émergentes produisent leurs propres déchets, mais elles en importent également de l'étranger, générant ainsi des revenus précieux.

Certains pays développés exportent leurs déchets à l'étranger parce que cela coûte moins cher que de les traiter sur place et cela réduit leurs propres décharges.

Mais l'insuffisance des systèmes d'élimination et de recyclage dans les pays importateurs signifie que les déchets finissent souvent dans des décharges illégales ou brûlés, ce qui a des répercussions sur la santé des communautés en raison des fumées toxiques que ces processus peuvent générer.

Un rapport suggère que les déchets déversés et brûlés, en particulier les déchets plastiques, sont responsables de la mort d'une personne toutes les 30 secondes dans les pays en développement, tandis que les l’effondrement des décharges représente également un risque sérieux pour la vie des récupérateurs de déchets et des habitants des environs.

Ailleurs, la pollution plastique dans les systèmes de drainage dans certains pays d'Afrique a provoqué des épidémies de maladies comme le choléra.

Dans le même temps, les risques pour la santé tels que les dommages à l'ADN, l’altération des fonctions thyroïdiennes et pulmonaires, les problèmes respiratoires et le risque accru de développer des maladies chroniques comme le cancer plus tard dans la vie ont été associés à l'exposition à des déchets électroniques toxiques.

L'investissement à impact: susciter un changement positif au niveau de l'entreprise

Il est clair qu'il reste beaucoup à faire dans les économies émergentes pour la gestion des déchets et, en tant qu'investisseurs, nous pouvons jouer un rôle en investissant afin de créer un impact positif tout en obtenant un gain financier.

Un certain nombre d'entreprises s'engagent à tenter de remédier aux problèmes du plastique et des déchets électroniques dans le monde émergent. En voici deux exemples: Klabin, producteur brésilien de papier et d'emballage, et ATRenew, spécialiste chinois de l'électronique d'occasion. Veuillez noter que les entreprises indiquées sont mentionnées à titre d’illustration uniquement et ne constituent aucunement une recommandation d’achat ou de vente.

Étude de cas: Klabin

Quelle est l’activité de l’entreprise?

Klabin est le premier producteur brésilien de produits d'emballage en papier, carton et carton ondulé, principalement pour l'industrie alimentaire. La société est intégrée verticalement, avec des activités allant de la sylviculture à la pâte à papier et aux produits finis, et vend ces produits et la production excédentaire de pâte à papier sur le marché intérieur et sur les marchés étrangers dans 89 pays.

Comment Klabin a-t-elle un impact positif?

Non seulement les produits finis de Klabin sont des alternatives aux produits à base de combustibles fossiles, mais les matières premières utilisées sont toutes issues de sources durables, que ce soit à partir de ses propres forêts – dont 100% sont certifiées FSC* et 43% sont classées comme protégées – ou de sources externes conformes aux normes FSC.

Les forêts gérées par l'entreprise ont capté l'équivalent de 4,9 millions de tonnes de CO2 de l'atmosphère (objectif: 45 millions entre 2020 et 2030) et l’entreprise contribue directement à l'ODD 15.2 visant à «promouvoir la mise en œuvre d'une gestion durable de tous les types de forêts, stopper la déforestation, restaurer les forêts dégradées et accroître considérablement le boisement et la reboisement à l'échelle mondiale».

Klabin.png

Quelle est l’approche de Klabin en matière de durabilité?

Klabin entend devenir une référence mondiale en matière de durabilité, en partageant les meilleures pratiques tout au long de sa chaîne d'approvisionnement et améliorant les normes du secteur. Voici quelques chiffres marquants de sa performance en matière de durabilité en 2021:

  • Réutilisation de 98,1% des déchets industriels (objectif: zéro déchet mis en décharge d'ici 2030)
  • réduction de 16% de la consommation d'eau industrielle spécifique (objectif: réduction de 20% d'ici 2030)
  • réduction de 5% par tonne des émissions de gaz à effet de serre des scopes 1 et 2 liées à la production de pâte de papier, de carton et d’emballages (objectif: 25% d'ici 2025, 49% d'ici 2035)
  • 115 800 arbres indigènes plantés pour restaurer les zones dégradées (objectif: 1 million d'ici 2030)
  • 56% des fournisseurs critiques concernés par le Programme de gestion durable de la chaîne d'approvisionnement

Klabin ayant une vision globale de la durabilité, l’entreprise contribue également à d'autres ODD. Par exemple, conformément à l'ODD 5 (égalité hommes-femmes), l'entreprise vise 30% de femmes aux postes de responsabilité d'ici 2030. L'ODD 6 (eau propre et assainissement) est un autre objectif auquel l’entreprise contribue puisqu’elle s’est fixée des objectifs spécifiques de réduction de l'utilisation de l'eau.

D'autres objectifs, comme la réintroduction de deux espèces disparues, augmentent encore l'impact environnemental de l'entreprise.

 *Le Forest Stewardship Council est considéré comme la meilleure référence en matière de production éthique  

Étude de cas: ATRenew

Quelle est l’activité de l’entreprise?

ATRenew est la forme abrégée de «All Things Renew» et la mission de l’entreprise est de donner une seconde vie à tous les produits inutilisés. Elle exploite une plateforme en Chine qui facilite le recyclage et la prestation de services pour l'électronique grand public d’occasion, en distribuant les appareils pour prolonger leur cycle de vie.  

Comment ATRenew a-t-elle un impact positif?

La société a un impact positif de par sa capacité à faciliter la commercialisation des produits électroniques d’occasion, de la collecte à la revente.

En 2021, plus de 31,2 millions de produits ont été commercialisés via sa plateforme.

Par son engagement à prolonger le cycle de vie de plus en plus de produits, elle vise à réduire les émissions de carbone tout en répondant à la demande des consommateurs en produits électroniques de haute qualité.

En 2021, par exemple, l’entreprise a estimé que la réutilisation de téléphones mobiles d’occasion a permis une réduction de 464 000 tonnes des émissions de carbone. Elle s'associe également à des organisations spécialisées pour éliminer adéquatement les déchets électroniques, et a éliminé de manière responsable 223 000 appareils, réduisant ainsi de 35,7 tonnes la quantité de déchets électroniques en 2021.

ATRenew.png

Quelle est l’approche d’ATRenew en matière de durabilité?

ATRenew s’engage à travailler et à dialoguer avec toutes les parties prenantes: clients, fournisseurs, employés, communautés locales et actionnaires.

Par exemple, ATRenew a mis en place plusieurs programmes d'éducation numérique qui font don d'appareils et fournissent des ressources éducatives aux enfants défavorisés en Chine.

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.