Points de vues

Les portefeuilles 60/40 valent-ils encore la peine?


L’approche 60/40 de la construction de portefeuille est depuis longtemps un pilier en termes de placement. Elle consiste à allouer 60% en actions pour une appréciation du capital et 40% en obligations pour obtenir un revenu et atténuer les risques potentiels.

Il s’agit d’une stratégie d'investissement simple qui s’est extrêmement bien comportée ces 20 dernières années où les cours des actions ont augmenté de manière quasi ininterrompue et où les taux d’intérêt ont atteint des plus bas historiques, tirant les prix des obligations vers le haut.

Mais certains investisseurs commencent à perdre désormais confiance dans ce modèle dans un environnement macroéconomique difficile.

A titre d’exemple, l’indice S&P 500 a chuté de 4,6% au premier trimestre 2022, sur fond d’envolée des rendements obligataires et d’éclatement de la guerre en Ukraine.

Dans le même temps, la flambée de l’inflation et le resserrement de la politique monétaire ont entraîné une baisse de 5,6% de l’indice ICE BofA US Treasury, privant les investisseurs de leur refuge pour amortir le repli des marchés.

Bien que les performances des actions et des obligations présentent rarement une corrélation positive, certains craignent que cette tendance ne se poursuive. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il convient pour les investisseurs d’éliminer totalement les obligations de leur allocation d’actifs stratégique.

Les obligations peuvent encore permettre de réduire le risque et d’accroître la diversification des portefeuilles, même si la corrélation entre actions et obligations reste positive.  

La volatilité revêt une plus grande importance en termes de réduction du risque

Il existe deux manières pour un actif de réduire la volatilité d’un portefeuille:

1) l’effet volatilité, obtenu en ajoutant un actif dont la volatilité est inférieure à celle des actions, même si cet actif est corrélé à 100% avec les actions.

2) l’effet corrélation, obtenu en ajoutant un actif qui présente une corrélation faible voire négative avec les actions.  

D’un point de vue historique, la volatilité d’un portefeuille d’obligations est environ 50% inférieure à celle d’un portefeuille d’actions. Compte tenu de cet écart important, l’essentiel de la réduction du risque dans le cadre d’un portefeuille 60/40 provient de la moindre volatilité des obligations plutôt que de leur corrélation négative avec les actions.

Par exemple, depuis 2000, une répartition 60/40 a permis de réduire la volatilité des portefeuilles (par rapport à la seule détention d’actions) de 15% à 8,6%. Mais un peu plus d’un dixième de cette réduction seulement provient de la corrélation négative entre actions et obligations, tandis que le reste s’explique par une moindre volatilité des actifs.

Ainsi, tant que les obligations resteront moins volatiles que les actions, un portefeuille 60/40 demeurera attractif du point de vue du risque.

    605084_SC_IN-FOCUS_6040_Chart2-v2.png

Le couple rendement/risque peut encore être attractif même si la corrélation s’accroît

Si la seule préoccupation d’un investisseur est de réduire la volatilité de son portefeuille, le mieux pourrait être tout simplement d’accroître son allocation en liquidités.

Mais, naturellement, la construction d’un portefeuille efficient ne consiste pas seulement à minimiser le risque. Les investisseurs se soucient également de la performance et veulent s’assurer d’être correctement rémunérés pour les risques qu’ils prennent.

Ainsi, dans quelle mesure la corrélation et/ou la volatilité doivent-elles s’accroître pour que le choix entre un portefeuille 60/40 et la détention de 100% d’actions devienne indifférent? La réponse est: dans une large mesure.

Le tableau ci-dessous présente le rapport rendement/volatilité attendu d’un portefeuille 60/40 sur un horizon de 10 ans en utilisant différentes hypothèses de corrélation et de volatilité.

605084_SC_IN-FOCUS_6040_Chart-3v2.png

Sur la base des prévisions de performance de nos économistes (4,1% par an pour les actions américaines et 2,9% par an pour les obligations américaines) et en supposant que la volatilité de ces 20 dernières années persiste, nous constatons que les actions présentent un rapport rendement/volatilité attendu de 0,27 contre 0,38 pour les obligations.

Toutefois, le couple rendement/risque d’une répartition 60/40 est meilleur que celui des actions dans presque tous les scénarios de corrélation et de volatilité des obligations. Il s’ensuit que la corrélation et/ou la volatilité devront augmenter considérablement avant qu’un portefeuille 60/40 ne perde son attrait.

Supposons par exemple que la corrélation entre actions et obligations augmente à +0,6 – un niveau atteint seulement brièvement dans les années 1990.

Dans ce scénario, il faudrait que la volatilité des obligations augmente de 2,8 fois et passe de 5,4% aujourd'hui à 14,5% pour rendre indifférent le choix entre un portefeuille 60/40 et un portefeuille constitué à 100% d’actions en termes de profil risque-rendement.

Les portefeuilles 60/40 ont encore de beaux jours devant eux

La correction simultanée des actions et des obligations cette année a inquiété les investisseurs. Toutefois, lorsqu’il s’agit de construire un portefeuille efficient, notre analyse révèle que la corrélation ne revêt pas autant d’importance qu’on pourrait le penser.

En effet, l’essentiel de la réduction du risque d’un portefeuille 60/40 provient de la moindre volatilité des obligations plutôt que de leur corrélation négative avec les actions.

Il faudrait que la volatilité des obligations et/ou leur corrélation augmentent considérablement pour affaiblir le profil risque/rendement d’un portefeuille 60/40 par rapport à la seule détention d’actions.

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.