Point de vue économique – mai 2017


Le redressement de l’activité mondiale demeure inchangé, tandis que l’inflation semble avoir atteint un point haut à la suite de la stabilisation des prix de l’énergie. Nous continuons de tabler sur une croissance mondiale de 2,9 % cette année après 2,6 % en 2016, mais nous avons revu à la baisse nos prévisions d’inflation de 2,7 % à 2,4 % afin de tenir compte de la baisse des cours du pétrole et d’une inflation sous-jacente faible. Les écarts de performance sont un thème croissant, l’embellie au sein de la zone euro étant gommée par un ralentissement aux États-Unis et sur les marchés émergents. En 2018, la croissance mondiale devrait se stabiliser à 3 % et être caractérisée par de légers ralentissements sur les marchés développés, qui seront compensés par une légère embellie au Japon.

Une inflation toujours modérée

Le maintien d’un bon comportement de l’inflation conditionne de manière significative les perspectives de la politique monétaire et des marchés. Nous continuons de tabler sur une légère progression de l’inflation sous-jacente en 2018 en raison de la poursuite de la baisse du chômage aux États-Unis, mais cette progression ne suffira pas à déclencher un durcissement agressif de la politique par la Réserve fédérale américaine. En termes de politique monétaire, nous pensons que les taux des Fed Funds seront portés à 1,5 % cette année (avec deux relèvements) et 2 % d’ici fin 2018 (trois relèvements). Durant cette période, nous observerons une pause lors du premier semestre de l’an prochain car la Réserve fédérale américaine (Fed) commencera à réduire son bilan.

Ailleurs, les taux d’intérêt devraient rester inchangés. Nous ne prévoyons pas de changement des taux chinois cette année, mais ils devraient encore baisser en 2018 sous l’effet d’un ralentissement de l’activité. La BCE devrait maintenir son programme d'assouplissement quantitatif (QE) durant la période étudiée, avant de commencer à le réduire en 2018. La Banque du Japon devrait maintenir ses taux inchangés, mais conserver son « QQE » (assouplissement quantitatif et qualitative) dans la mesure où elle peine à atteindre son objectif d’inflation supérieur à 2 %.

Scénarios : diminution des risques politiques

Par rapport à notre dernière actualisation des prévisions en février, le profil de risque a pris une direction davantage déflationniste avec le retour des craintes d’atterrissage forcé en Chine et de stagnation séculaire1 . Les risques de stagflation ont diminué avec l’abandon du scénario d’un « accroissement du protectionnisme ». Les risques politiques associés à l’administration Trump ont également diminué en raison de la moindre probabilité du scénario de « réflation budgétaire ». Dans l’ensemble, la réduction des risques politiques en Europe et aux États-Unis a été remplacée par certains risques macroéconomiques traditionnels concernant la Chine, la stagnation séculaire et le retrait du QE par la Fed.

Actualisation des prévisions pour l’Europe : les bonnes nouvelles s’accumulent

Les perspectives de la zone euro sont favorables. Nous avons revu à la hausse nos prévisions de croissance de 1,5 % pour 2017 à 1,8 %, soit un niveau supérieur à celui du consensus (1,7 %). Les prévisions d’inflation n’ont pas changé pour 2017 (1,6 %). En conséquence, nous n’avons pas changé nos prévisions concernant la politique de la banque centrale. Selon nous, la BCE entamera la réduction progressive de ses achats d’actifs mensuels en janvier 2018 (à 40 milliards d’euros par mois), poursuivant cette initiative aux 3ème et 4ème trimestres pour arriver à 10 milliards d’euros d’achats par mois fin 2018. Cette trajectoire devrait ouvrir la voie à un relèvement des taux d'intérêt début 2019.

Révision du risque politique

Sur le plan macroéconomique et des risques, nous jugeons favorable la victoire d'Emmanuel Macron aux élections présidentielles françaises. Ailleurs, les investisseurs ont cependant réagi négativement aux perspectives d’élections anticipées en Italie, mais probablement en raison du risque d’un gouvernement dirigé par le Mouvement Cinq Étoiles. Nous pensons que les actions et les obligations italiennes continueront de sousperformer après qu’une date ait été fixée pour ces élections.

Le Royaume-Uni commence à s’essouffler

L’économie britannique a finalement enregistré le ralentissement que la plupart des économistes attendaient. En conséquence, nous avons revu à la baisse nos prévisions de 1,8 % à 1,7 % pour 2017. En revanche, nous tablons sur une embellie au second semestre de l’année sur fond de pic de l’inflation. Les prévisions pour 2018 sont maintenues inchangées. L’inflation annuelle devrait passer de 0,7 % en 2016 à 2,8 % en 2017, avant de retomber à 2,2 % en 2018. La Banque d'Angleterre devrait maintenir inchangée sa politique monétaire, et les risques penchent vers un nouvel assouplissement.

Actualité sur les élections : du couronnement à une compétition ?

Il semble que nous assistions à une véritable compétition pour obtenir le poste de Premier ministre plutôt qu’un « couronnement » de Mme May. Les sondages donnent Mme May toujours favorite. Elle bénéficie d’un solide soutien des personnes âgées de plus de 50 ans, soit le principal segment de la population et, plus important encore, le plus susceptible de voter. Le parti travailliste jouit d’un solide soutien de la part des jeunes, mais son faible niveau de participation est un handicap majeur. En revanche, si le parti travailliste parvient à maintenir sa dynamique actuelle et à mobiliser les jeunes pour qu’ils aillent voter, alors une victoire de ce parti est clairement
possible.

Actualisation des prévisions sur les pays émergents : des fortunes diverses

Nous avons revu à la baisse la croissance de la plupart des économies BRIC, à l’exception de la Chine. Nous anticipons une inflation inférieure à celle du dernier trimestre en raison de la baisse des prix des matières premières, du ralentissement de la croissance et d’une inflation étonnamment faible au premier trimestre.

Chine : enfin en phase de désendettement ?

La croissance du PIB pour le 1er trimestre a dépassé les attentes et dans l’ensemble, nous observons une évolution dans la bonne direction s’agissant des contributions à la croissance, le secteur tertiaire restant le segment le plus dynamique de l’économie. Les efforts déployés pour contenir l’endettement ont été renforcés cette année, et nous observons clairement certains signes timides de désendettement, même si le crédit croît encore plus rapidement que le PIB. La Chine dispose d’une marge de manœuvre pour assouplir sa politique budgétaire pour compenser le durcissement de sa politique monétaire, même s’il semble de plus en plus que cette tâche repose toujours sur les épaules du gouvernement central. Nous prévoyons une croissance du PIB de 6,6 % en 2017 (inchangée par rapport à nos dernières prévisions) et une inflation de 2 % (contre 2,5 % précédemment).

Brésil : À nouveau en crise

À la suite de reportages indiquant que le Président Temer était également pris dans un scandale de corruption au Brésil, une élection indirecte (dans le cadre de laquelle le Congrès choisit un nouveau président pendant le reste du mandat) semble être l’issue la plus probable. Or cette éventualité pèsera cependant sur les progrès réalisés sur le plan des réformes, tandis que la reprise économique timide qui a été observée depuis la destitution de la Présidente Dilma semble menacée. En conséquence, nous avons revu à la baisse nos prévisions de croissance (de 0,7 % à 0,2 % en 2017), mais également relevé modérément nos prévisions d’un assouplissement de la politique.

Russie : un pétrole qui pèse sur la croissance

Même si nous tablons toujours sur une accélération de la croissance par rapport à ses niveaux actuels, nous estimons que le repli des cours du pétrole pèsera sur l’activité par rapport à nos dernières prévisions. De ce fait, nous tablons sur une croissance du PIB de 1,1 % en 2017 (contre 1,6 % précédemment). Nous sommes d’avis
de penser que les taux termineront l’année à un niveau de 8,25 % sur fond de poursuite de l’anticipation du cycle. Nos prévisions concernant les taux pour 2018 demeurent inchangées, à 8 %. Sur le plan politique, les investisseurs font à nouveau preuve d’un optimisme prudent à l’égard des perspectives de réformes, mais les expériences passées suggèrent que les investisseurs ne devraient pas trop se laisser emporter.

Inde : incertitudes quant à l’impact de l'évolution de la législation fiscale

Après de très nombreuses années, l’Inde est sur le point d’adopter la loi fiscalité des biens et services (« GST »). Cette décision devrait être favorable à la croissance de moyen à long terme (mais perturbatrice sur le court terme) et devrait diminuer et non augmenter l’inflation (d’après des recherches réalisées par HSBC). Nous pensons que les taux resteront inchangés, même si une progression persistante de l’inflation exercera une pression accrue en faveur d’une réduction des taux d’intérêt.

1 Environnement économique caractérisé par un ralentissement de la croissance économique et une hausse de l’inflation

Information importante

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi. Ce document est produit par Schroders France 8-10 rue Lamennais, 75008 Paris, France. Pour votre sécurité, les communications peuvent être enregistrées et surveillées.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses. Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.