Points clés

Pourquoi une agriculture efficace est la clé d’un système hydrique durable


L’eau est une ressource précieuse. Garantir suffisamment d’eau pour une population mondiale croissante en cette période de changement climatique est l’un des défis les plus importants de notre époque.

Mais à notre avis, il est impossible de parler de l’eau sans parler aussi de denrées alimentaires. L’agriculture utilise 65 % des ressources mondiales d’eau, mais près de la moitié de cette eau est gaspillée actuellement. La durabilité de nos systèmes alimentaire et hydrique nécessite une approche globale.

604412_SC_WEBCHARTS_World-Water-Day_CHFR-01_770px.png

Source : Banque mondiale, Schroders, juillet 2021.

L’augmentation de la population mondiale exerce également une pression sur le système alimentaire. L’irrigation est un moyen de résoudre ce problème : les rendements agricoles doublent lorsque l’on irrigue au lieu de compter sur les précipitations. Mais le défi est de parvenir à l’optimiser afin que l’eau ne soit pas gaspillée.

C’est là que la technologie a un rôle crucial à jouer. Des investissements plus importants sont nécessaires dans les systèmes d’irrigation et de drainage. Construire de tels systèmes ne suffit pas, il est aussi crucial de veiller à qu’ils soient correctement entretenus pour garantir leur bon fonctionnement.

Parallèlement, l’investissement dans les usines de dessalement est également essentiel, compte tenu de la pénurie d’eau douce dans de nombreuses régions du monde.

Il existe aussi des technologies plus avancées ; par exemple, des capteurs d’humidité du sol peuvent être utilisés pour vérifier exactement en quelle quantité et quand l’irrigation est nécessaire pour les cultures.

Selon nous, le système de gestion de l’eau va devoir faire face à une hausse sensible de la demande. Le recyclage des 45 % de l’eau actuellement gaspillés permettra au système alimentaire et hydrique mondial de devenir plus durable.

Et ce n’est pas seulement l’eau qui est gaspillée. Le gaspillage alimentaire est un problème énorme et, bien sûr, lorsque les aliments sont gaspillés, l’eau utilisée dans sa production l’est également. Environ 44 % des cultures récoltées sont perdues avant qu’elles n’atteignent le consommateur. Encore une fois, la technologie est un outil essentiel pour réduire ce gaspillage.

L’utilisation plus efficace de l’eau fait clairement partie de la réponse pour rendre notre système hydrique plus durable. Il existe aussi des moyens de tout simplement utiliser moins d’eau dans l’agriculture, notamment en changeant les habitudes alimentaires. Ce sont les consommateurs, plutôt que les producteurs de denrées alimentaires, qui peuvent jouer un rôle moteur dans cette évolution.

Il apparaît de plus en plus clairement que l’élevage – en particulier l’élevage bovin – mobilise d’importantes surfaces de terre. Les bovins de boucherie sont également responsables d’une grande partie des émissions de gaz nuisibles générées par l’industrie alimentaire. Par ailleurs, la production de bœuf consomme une quantité d’eau douce beaucoup plus élevée que d’autres sources de protéines, telles que les légumineuses, comme le montrent les barres vertes du graphique ci-dessous.

604412_SC_WEBCHARTS_World-Water-Day_CHFR-02_770px.png

Source : WRI, FAO, OCDE, USDA, BAML, Our world in data, Schroders – 31 janvier 2022

Une fois encore, cela prouve que le problème de l’utilisation de l’eau ne peut être analysé isolément et qu’il doit être résolu en tenant compte des questions alimentaires. Les deux systèmes doivent être rendus plus durables à mesure que la demande augmente.  

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.