Marchés

Perspectives 2019 : actions chinoises

Nous adoptons une position défensive, en restant sous-pondérés dans le secteur technologique, tout en favorisant les secteurs axés sur le marché intérieur et sur ceux qui présentent des opportunités de croissance à long terme.

21/12/2018

Louisa Lo

Louisa Lo

Head of Greater China Equities

Après une reprise cyclique en 2017, sous l'impulsion d'une demande intérieure robuste et de réformes agissant sur l’offre, la Chine a depuis mis l'accent sur la qualité de la croissance économique.

Avec la consolidation du pouvoir politique sous le président Xi, l'accent mis sur une croissance de qualité ainsi que sur la stabilité économique et sociale a permis de redoubler d'efforts pour réduire le secteur bancaire parallèle. Les efforts déployés par le gouvernement pour réduire l’endettement et accroître la surveillance réglementaire ont suscité des inquiétudes au sujet de la croissance économique à l'horizon 2018. En effet, nous avons vu les conditions de crédit se durcir sous l'effet de la réduction de l'activité bancaire parallèle. Le resserrement du crédit a entraîné une hausse des défauts de paiement cette année, tandis que des secteurs comme la production industrielle et l'investissement en actifs immobilisés ont également perdu de leur dynamisme.

Dans un contexte de ralentissement économique et d'escalade des tensions commerciales avec les États-Unis, la Chine a pris diverses mesures pour soutenir son économie :

—      Mise en œuvre de la réglementation sur les produits de gestion de patrimoine qui avait été retardée

—      Réduction du ratio des réserves obligatoires des banques (RRR) 

—      Accélération des émissions obligataires des collectivités locales

—      Inciter les banques à octroyer davantage de crédits aux petites et moyennes entreprises

—      Directive du Conseil d'Etat pour soutenir la consommation intérieure

—      Modifications au régime d'impôt sur le revenu des particuliers

Nous pensons que ces politiques visent plus à atténuer les effets du ralentissement économique qu'à stimuler l'économie à grande échelle. La faiblesse du renminbi et le niveau élevé de la dette limitent également la capacité du gouvernement à la stimuler de manière agressive. Le gouvernement devra continuer à équilibrer son programme de désendettement et d'introduction de réformes structurelles, tout en maintenant une croissance économique raisonnable.

 

Tensions commerciales

Sur le plan commercial, notre scénario de base considère qu'une guerre commerciale destructrice à grande échelle n'est dans l'intérêt d’aucune des parties. Le risque pour les bénéfices chinois et asiatiques reste difficile à évaluer étant donné que les droits de douanes annoncés à ce jour sont d'une portée relativement restreinte et auront peu d'impact sur les entreprises cotées. Nous estimons qu'il y a peu de possibilités de réacheminement de la fabrication chinoise vers les États-Unis ou de substitution des produits américains aux importations asiatiques. Toutefois, c'est l'impact du second ordre sur les investissements, et potentiellement sur la consommation, qui est plus difficile à mesurer.

Il est peu vraisemblable que le renminbi soit utilisé comme un outil si les tensions commerciales continuent de s'intensifier étant donné les risques d'incitation à la fuite des capitaux. En revanche, la faiblesse de la devise peut être considérée comme le résultat de la vigueur du dollar américain.

Le projet de politique industrielle stratégique de la Chine et sa volonté de devenir un leader technologique est au cœur des tensions sino-américaines. La Chine a montré sa volonté de négocier et de faire des compromis sur les questions commerciales pour réduire le déficit commercial, réduire les barrières à l'importation et libéraliser davantage son marché intérieur. Toutefois, il est peu probable que la Chine concrétise sa vision stratégique de se transformer en leader technologique.

 

Position défensive bien que des opportunités émergent

Les anticipations croissance des bénéfices par actions sont positives mais nous croyons qu'elle devraient se modérer d'ici 2019. La pression sur les marges des entreprises industrielles et de consommation à moyen terme reste élevée, en particulier pour celles qui ne sont pas en mesure de répercuter des coûts plus élevés.

Compte tenu de la conjoncture actuelle, nous gardons une position relativement défensive pour début 2019, notre exposition étant principalement concentrée sur des valeurs et secteurs tournées vers le marché intérieur et qui affichent un potentiel de croissance à long terme.

 Nous demeurons sous-pondérés sur les valeurs technologiques en raison des incertitudes liées à la réglementation. Nous préférons le secteur de l'énergie, compte tenu de la discipline de l'offre et des prix. Nous privilégions également les compagnies d'assurance chinoises et les enseignes liées à la consommation domestique, où l'on constate une reprise de l'activité de consommation hors ligne.

Les valorisations des actions chinoises sont devenues plus attractives et suggèrent un potentiel haussier à moyen terme. Toutefois, les investisseurs devront probablement restés prudents à court terme du fait de possibles abaissements des prévisions de bénéfices, de l'incertitude persistante sur le front commercial et des hausses continues des taux d'intérêt américains au cours des prochains mois.

En tant que gérants bottom-up, nous continuons de favoriser les entreprises les plus à mêmes de faire face au ralentissement actuel et d’exploiter les tendances favorables à long terme que nous continuons à observer sur le marché.

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.