Points clés

Comment la transition énergétique va-t-elle affecter nos logements ?


Les bâtiments dans lesquels nous vivons et l’énergie qu’ils consomment jouent un rôle fondamental dans le processus de décarbonation. De l’utilisation des énergies renouvelables comme l’énergie solaire aux dernières technologies, en passant par les pompes à chaleur et les compteurs intelligents, les maisons des prochaines décennies devront atteindre la neutralité carbone. C’est important tant d’un point de vue environnemental, pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés, que social, compte tenu de la volatilité des prix du pétrole et du gaz.

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Commission européenne (CE) a lancé l’initiative « REPowerEU ». Parmi les nombreux appels urgents à réduire la dépendance européenne vis-à-vis des combustibles fossiles russes, l’initiative demande aux ménages d’utiliser davantage de panneaux solaires, de pompes à chaleur et d’augmenter les économies d’énergie.

Les bâtiments restent les plus gros consommateurs d’énergie en Europe, représentant 40 % de l’énergie totale utilisée, et émettant 36 % de gaz à effet de serre, la plupart d’entre eux étant encore alimentés par des combustibles fossiles, selon la CE.

Le chauffage, la climatisation et l’eau chaude sanitaire représentent 80 % de l’énergie consommée par les ménages. C’est pourquoi l’un des objectifs du Pacte vert européen est que, d’ici 2050, tous les bâtiments existants en Europe qui ne sont pas économes en énergie deviennent neutres sur le plan climatique.

En décembre dernier, la CE a déclaré vouloir avancer cette date cible, en demandant la neutralité carbone de tous les nouveaux bâtiments d’ici 2030, tout en offrant diverses incitations et en imposant de nouvelles normes de performance énergétique. Dans le même temps, les pays seront financièrement dissuadés d’utiliser des chaudières à gaz dans les bâtiments et auront le pouvoir d’interdire l’utilisation des combustibles fossiles.
Concernant les bâtiments plus anciens, la rénovation d’une maison n’est pas une tâche facile, mais elle est indispensable pour atteindre ces objectifs. Par exemple, moins de 2 % des maisons britanniques ont une forme de chauffage à faible intensité carbone, mais d’ici 2050, le gouvernement veut installer plus de 19 millions de pompes à chaleur à travers le pays.

Alexander Monk, Gérant de portefeuille, Actions internationales / Ressources naturelles

« La décarbonation des logements est une tâche très importante dans le processus de transition énergétique. Les gouvernements du monde entier commencent déjà à apporter des changements importants afin d’aider nos maisons à devenir neutres en carbone. En ce qui concerne le chauffage, de nombreux nouveaux logements au Royaume-Uni et en Europe devront changer leurs chaudières à gaz en pompes à chaleur électrique d’ici 2030.

Du reste, la rénovation des logements existants est beaucoup plus difficile, car une grande majorité utilise encore des chaudières alimentées au gaz. L’hydrogène vert produit à partir d’énergies renouvelables, bien qu’il soit encore en phase expérimentale, est une solution potentielle : l’énergie solaire peut produire de l’hydrogène, qui peut ensuite être stocké et converti en électricité. En 2030, un logement peut être complètement affranchi des combustibles traditionnels et être bénéfique non seulement à l’environnement, mais aussi à la facture des ménages. »

L’infographie ci-dessous montre le rôle d’une maison « net zéro » dans la transition énergétique et les opportunités qui en découlent pour les investisseurs.

604897_Q2_infographic_2022_non_discl_portrt_locFR_V1-01V8b.jpg

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions du gérant ou de l'équipe citée et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.