Partager

Dette infrastructure

Au cours de ses plus de 200 ans d’histoire, Schroders a contribué au financement de nombreux projets d’infrastructures, en Europe mais également en Amérique et en Asie : essor des lignes ferroviaires, transports publics, énergie, distribution d’eau potable…

Aujourd’hui, Schroders offre à ses clients institutionnels un pôle d’expertise dédié à la classe d’actifs infrastructure, basé à Paris et constitué d’une équipe expérimentée. 

Risques liés à la dette infrastructure 

  • Risque d’illiquidité : les créances et titres de créances acquis ne sont pas liquides et ne peuvent être vendus à tout moment sans risque de perte (voire ne peuvent être liquidés).  Cette stratégie d’investissement est donc spécifiquement destinée aux investisseurs de type « Buy and Hold ».
  • Risque de taux d’intérêt : la valorisation des investissements à taux fixe dépend de l’évolution des taux d’intérêt. 
  • Risque de défaut ou de détérioration de la notation de l’emprunteur : même si il est démontré par Moody’s que la probabilité de défaut de l’emprunteur dans le secteur de l’infrastructure est significativement plus faible que dans d’autres secteurs, l’emprunteur, qui est une entreprise évoluant sur un marché spécifique, peut ne pas être en mesure de faire face aux charges de la dette requises par les documents financiers. Les documents financiers mentionnent un certain nombre de clauses qui permettent de se prémunir de ce genre de situation, incluant les clauses financières qui permettent d’évaluer, à travers des paramètres financiers, la solidité financière de l’emprunteur et anticiper une situation difficile pour le créancier.
  • Risque de remboursement anticipé : le capital peut être remboursé par l’emprunteur avant l’échéance mentionnée dans les termes financiers. Afin de parer à cette éventualité, nous cherchons à obtenir de l’emprunteur l’introduction d’une clause de « Make-Whole » dans les documents financiers afin de le pénaliser en cas de remboursement anticipé de sa part. Dans certains cas, l’investisseur peut même bénéficier de l’option « Non-call ».