Perspectives

Cinq raisons pour lesquelles l'infrastructure numérique est l'un des thèmes d'investissement les plus prometteurs


Six ans après son lancement en 2016, l'application de vidéos courtes Tik-Tok a été téléchargée plus de 3 milliards de fois.

La croissance explosive de l'entreprise a été accélérée par le manque d'interactions physiques pendant la pandémie de Covid-19. Mais sa popularité continue de grimper, avec plus de 1 milliard de vidéos vues quotidiennement sur la plateforme par ses 700 millions d'utilisateurs actifs.

Une tendance parallèle est en train de transformer la façon dont les entreprises opèrent dans le monde entier.

1. L'infrastructure numérique permet une croissance rapide des nouvelles formes de communication

Les employés n'étant pas en mesure de se rendre dans les bureaux et les sites de reprise après sinistre pendant les confinements, les entreprises ont également adopté le cloud computing et la vidéoconférence.

Les téléchargements de la plateforme vidéo Microsoft Teams ont été multipliés par plus de 10. Collectivement, les plus grands fournisseurs américains de cloud computing (Amazon, Google, Microsoft, IBM et Oracle) ont dépensé près de 50 milliards de dollars d'investissement dans le cloud en 2021, afin de répondre à l'augmentation de la demande.

Facebook s'est réinventé en Meta et s'est engagé à dépenser plus de 10 milliards de dollars par an pour construire le métavers, ce qui nécessite un grand volume d'espace pour les data centers.

La division DeepMind de Google a déclaré plus tôt cette année qu'elle était sur le point de créer une IA concurrençant l’esprit humain (Intelligence Artificielle Généralisée) grâce à son outil Gato. Les outils d'IA traitent des milliards de paramètres: plus la puissance informatique disponible est élevée, plus ils deviennent exacts. 

L'échelle et la rapidité de mise sur le marché sont essentielles pour ces géants technologiques, ce qui a créé une énorme opportunité de location pour l'industrie des centres de données, dont les principaux éléments — le terrain, l'approvisionnement en électricité et la connexion par fibre optique — sont des ressources de plus en plus difficiles d’accès.

Digital-infrastructure-chart1.jpg

Le «cloud» est logé dans de gigantesques entrepôts rappelant des forteresses, remplis de centaines de milliers de serveurs informatiques. Afin de garantir la continuité, les foyers de population sont desservis par de multiples «zones de disponibilité» du cloud, chacune avec de nombreuses sources d'alimentation de secours.

Le réseau d'infrastructure au service du cloud Azure de Microsoft comprend des centres de données, des câbles à fibres optiques et des satellites de télécommunications. La société prévoit d’ouvrir de nouveaux centres en Suisse, en Finlande et en Inde. 

2. L'externalisation du cloud n'en est qu'à ses débuts

Nous pensons que la tendance à la transformation numérique ne fait que commencer, créant une longue trajectoire de croissance pour les opérateurs de centres de données.

Aujourd'hui, 95% des organisations mettent en œuvre une stratégie numérique, les technologies de l’information étant au cœur de la prise de décision. Toutefois, selon IDC, 56% de la capacité des centres de données se trouvaient toujours sur place fin 2020, dans les centres de données historiques des entreprises.

L'externalisation de ces volumes informatiques vers des installations partagées (co-implantations) permet aux entreprises d'accroître la résilience de leurs activités, l’évolutivité des projets et l’efficacité en termes de coûts.

Les prévisionnistes estiment que la croissance de la location de co-implantations sera comprise entre 7 et 13% par an en fonction des régions, avec une croissance des installations cloud hyperscale de plus de 22% par an entre 2020 et 2025. Au total, cela nécessitera 1,3 billion de dollars de dépenses d'investissement au cours de la période.  

3. L'accélération des réseaux mobiles 5G devrait libérer une croissance exponentielle du trafic de données

Depuis 2010, le nombre d'internautes dans le monde a plus que doublé pour atteindre près de 5 milliards, tandis que le volume du trafic Internet a augmenté de plus de 150 fois. Cette croissance a été générée en grande partie par les services de données mobiles, après le lancement du premier iPhone en 2007.

Les prévisionnistes suggèrent que cette croissance exponentielle des données se poursuivra. L'introduction de la cinquième génération (5G) de la communication sans fil devrait entraîner une envolée du trafic de données mobiles entre 2020 et 2025.

Digital-infrastructure-chart2.jpg

Les longueurs d'onde plus courtes de la 5G peuvent transmettre jusqu'à 10 gigabits par seconde de données, ce qui est jusqu'à 100 fois plus rapide que la 4G. Bien que cela soit essentiel pour les utilisations futures comme les voitures sans conducteur, l'inconvénient est que ces signaux parcourent des distances plus courtes et ne peuvent pas pénétrer aussi facilement les objets, nécessitant une couverture réseau beaucoup plus dense.

Les opérateurs de réseaux mobiles (MNO) sont maintenant en concurrence pour louer davantage de cellules macro, de câbles à fibre optique et d’antennes de petites cellules pour fournir cette couverture plus dense.

Les prévisionnistes tablent sur 1,1 billion de dollars de dépenses d'investissement mobiles pour la période 2020-2025.

(Veuillez noter: dans le graphique ci-dessus, EO signifie «exaoctets». Il s'agit d'une grande unité de mesure de la capacité de stockage de données informatiques, équivalant à un milliard de gigaoctets.)

4. Les actifs d'infrastructure numérique sont bien placés pour résister à la volatilité économique

L'infrastructure numérique est désormais considérée comme accomplissant une «mission critique» par les consommateurs, les gouvernements et les entreprises. Le total des dépenses d'investissement du secteur sur la période allant jusqu'en 2035 devrait dépasser les infrastructures hydrauliques, les chemins de fer et les aéroports.

Nous pensons que la demande des clients d'infrastructures numériques sera relativement immunisée contre les chocs économiques. Cela est démontré par l'analyse des revenus locatifs de Crown Castle au cours des récessions précédentes (voir graphique ci-dessous). Ses flux de trésorerie sont garantis par des locataires Investment Grade tels qu'AT&T et Verizon.

Digital-infrastructure-chart3.jpg

Le gouvernement américain a affecté 65 milliards de dollars de son projet de loi sur l'investissement et l'emploi dans les infrastructures de 1,2 billion de dollars pour combler le fossé numérique dans les communautés américaines non desservies et mal desservies. Cela devrait se traduire par un déploiement important de la capacité en fibres optiques au cours de la prochaine décennie, quelle que soit la conjoncture économique.

Les propriétaires d'infrastructures numériques structurent leurs baux de sorte à se protéger contre les chocs externes tels que l'inflation et la dévaluation des monnaies. Dans le cas des tours macro, il peut s'agir d'une indexation explicite sur les indices des prix à la consommation locaux, les prix du carburant ou simplement une hausse annuelle fixe des loyers de 3%. Avec la raréfaction des ressources de la chaîne d'approvisionnement, les promoteurs d'infrastructures numériques augmentent leurs prix de location.  

5. La croissance explosive des marchés émergents offre un potentiel à mesure que les pays développent des infrastructures numériques

Au cours de la prochaine décennie, nous pensons que le taux de croissance le plus élevé des infrastructures numériques proviendra des marchés émergents. Ces pays sont aujourd'hui les plus mal desservis, mais abritent une population jeune avec une demande insatiable de connectivité et de partage de contenu.

Les internautes ont dépassé les générations plus lentes de la technologie mobile et du haut débit et commencent tout juste à accéder à la connexion FTTH (fibre de bout en bout) à très haut débit et aux signaux de téléphone 4G/5G, ce qui libère un potentiel économique considérable.

Nous décelons des opportunités dans les principaux sous-secteurs des centres de données, des tours macro et de la fibre optique, alors que les économies numériques des marchés émergents connaîtront un essor au cours des dix prochaines années et au-delà.

Les géants technologiques américains et chinois pénètrent rapidement ces marchés. La société Microsoft a déclaré en mars qu'elle envisageait de fournir des services cloud à Hyderabad, en Inde, en plus de ses bases à Pune, Mumbai et Chennai. Toutefois, l'absence d'infrastructures numériques l’oblige à développer des installations ou à les louer à des tiers comme Sify Technologies, qui dispose d'installations dans la ville.

Selon Cisco, la pénétration d'Internet en Inde est passée de 27% en 2017 (357 millions de personnes) à 60% en 2022 (840 millions de personnes), ce qui signifie que le pays dispose désormais de la deuxième base d'utilisateurs d'Internet au monde après la Chine (1 milliard de personnes) et près de trois fois celle des États-Unis (300 millions de personnes). Pourtant, l'Inde ne compte que 1/20e du nombre de centres de données présents aux États-Unis selon CloudScene.

Alors que la population indienne atteint 1,5 milliard d'habitants et que la pénétration d'Internet augmente, en l’absence d’investissements importants, le manque d'infrastructures ira croissant.

Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.