Perspectives

Perspectives 2021 : Japon


  • L’économie japonaise devrait enregistrer une croissance supérieure à sa tendance en 2021, car les exportations devraient se redresser, puis la distribution du vaccin devrait débloquer la demande dans le secteur des services.
  • Les dépenses budgétaires devraient soutenir les actions ; la réduction des émissions de carbone et l’amélioration de la digitalisation sont des éléments clés de ces dépenses.
  • Les bénéfices des entreprises semblent en passe de se redresser, même si les valorisations dans certains secteurs cycliques ont déjà augmenté. Une approche sélective sera nécessaire.

 

Perspectives économiques

Piya Sachdeva, économiste :

 

« La gestion par le Japon du coronavirus va faire de nombreux envieux. Au final, cette gestion a joué un rôle clé dans la capacité de l’économie à s’aligner sur ses homologues des marchés développés et, dans certains cas, à les surperformer. Bien que la résurgence du virus constitue un risque immédiat pour la croissance, la distribution d’un vaccin ouvre la voie à une forte croissance en 2021.

Nos perspectives générales de croissance soutenue et de faible inflation pour l’économie mondiale constituent un environnement généralement propice aux actifs cycliques comme les actions japonaises. Alors que le Premier ministre Suga a relancé l’agenda des réformes, le Japon pourrait bénéficier d’un parfait alignement des planètes en 2021. »

 

Le Japon a surperformé l’Europe en 2020

« La reprise japonaise reste relativement robuste, principalement tirée par la reprise de la demande d’exportations. L’amélioration des exportations soutient également le secteur industriel et, plus récemment, certains signes indiquent que la reprise économique s’étend à l’investissement. Dans le même temps, la demande contenue des ménages, qui avait limité l’activité en début d’année, semble pleinement libérée.

Sur l’ensemble de l’année 2020, l’économie japonaise devrait se contracter de 5,1 %. Bien que ce repli soit supérieur à celui des États-Unis (-3,6 %), le Japon devrait surperformer la zone euro (-7,1 %) et le Royaume-Uni (-11,3 %). C’est impressionnant étant donné que le Japon a entamé l’année sur une base médiocre après la hausse de l’impôt de 2019. Au final, cela s’explique par la capacité du Japon à limiter la propagation du virus et donc à éviter un confinement strict. »

 

Des prévisions de croissance japonaise supérieures à la tendance en 2021

« Même si la reprise se poursuit, le rythme de la croissance devrait naturellement ralentir. Le ralentissement de la reprise du commerce mondial et la hausse des importations devraient notamment réduire le coup de pouce commercial à la croissance. Toutefois, la distribution du vaccin – que nous anticipons au milieu de l’année prochaine – devrait ouvrir la voie à un second semestre solide.

Le retour à un comportement social normal et la libération de la deuxième vague de demande refoulée devraient soutenir le secteur des services. L’ensemble de la consommation devrait également bénéficier d’une amélioration des salaires. Le commerce mondial devrait également profiter de la levée des restrictions à travers le monde. En plus d’une amélioration des bénéfices et de la confiance, cela devrait soutenir l’investissement des entreprises. Sur l’ensemble de l’année, nous anticipons une croissance du Japon de 2,9 %, soit un niveau bien supérieur aux estimations de croissance tendancielle.

Précisons toutefois que nos perspectives se fondent sur l’hypothèse d’une immunité suffisante au second semestre. Dans le cas contraire, une hausse des cas de Covid au Japon et aux États-Unis et de nouvelles restrictions à court terme sur l’activité domestique et étrangère constitueraient un risque majeur pour les perspectives. La récente suspension du programme de subventions aux déplacements domestiques, Go-To travel, montre que les autorités se montrent plus prudentes après la dernière hausse des cas de contamination. »

 

Des mesures budgétaires prometteuses

« Le dernier programme budgétaire soumis à approbation par le Cabinet devrait contribuer à accélérer la reprise. En effet, il est particulièrement prometteur, tout d’abord, en raison de sa taille : 5,3 % du PIB en dépenses directes ; deuxièmement, et c’est peut-être plus important pour les investisseurs, en raison de sa composition. Une part importante des dépenses sera consacrée à l’amélioration de la digitalisation et des capacités logicielles ainsi qu’à la réduction des émissions de carbone. Il est clair que Suga considère les réformes comme une urgence économique. Les mesures visant à renforcer la compétitivité devraient contribuer à améliorer la croissance à long terme. »

 

La Banque du Japon en état d'assouplissement permanent

« L’inflation est tombée dans le rouge cette année en raison d’une multitude de facteurs, tels que la baisse de la demande, la baisse des prix de l’énergie, les subventions sur les voyages et l’exclusion de la hausse des impôts de 2019 de la base de comparaison. Même si l’inflation énergétique devrait être le principal moteur de la hausse de l’inflation l’année prochaine, la légère déflation devrait se poursuivre à court terme et l’inflation devrait redevenir positive au second semestre 2021.

Les pressions inflationnistes sous-jacentes devraient rester faibles en raison des capacités inutilisées, mais nous écartons toute spirale déflationniste japonaise.

Les inquiétudes liées à l’inflation devraient laisser la Banque du Japon (BoJ) dans un mode d’assouplissement pérenne. Le bilan, qui a récemment été dopé par de nouveaux achats d’emprunts d’État et par des programmes de prêts, devrait continuer à augmenter. Toutefois, les programmes de prêts devraient prendre fin l’année prochaine et la BoJ devrait commencer à réduire ses achats d’emprunts d’État au second semestre 2021, à peu près en même temps que la Réserve fédérale. Les conditions financières devraient rester favorables, mais la dépendance du marché à la liquidité pourrait être mise à rude épreuve. »

 

Le Japon s’appuie sur le cycle économique

« Nous prévoyons une croissance japonaise relativement rapide par rapport à ses taux de croissance historiques. Toutefois, son faible taux de croissance tendancielle signifie que même si le Japon part pour ainsi dire avec une longueur d’avance, il sera inévitablement rattrapé par les marchés développés dont l’économie nationale a la capacité de croître plus rapidement.

Cependant, l’évolution de l’économie mondiale a souvent été un moteur plus important pour le marché actions japonais. Nos perspectives économiques mondiales de croissance élevée et de faible inflation laissent entrevoir un environnement favorable pour les actifs cycliques. Le Japon se distingue comme un marché très cyclique qui s’appuie sur le cycle industriel, avec une dynamique économique, des conditions de liquidité accommodantes et des réformes continues. »

 

Perspectives des actions

Ken Maeda, responsable de la gestion actions japonaises :

 

« L’année 2020 a sans aucun doute été une année difficile pour le Japon, la pandémie de Covid-19 ayant provoqué une énorme perturbation de l’économie et des bénéfices des entreprises. La dislocation inattendue des marchés d’actions en février et en mars a été suivie d’une reprise tout aussi surprenante des marchés, déjà bien engagée avant d’être dopée par l’annonce du succès de programmes de développement de vaccins.

Le marché actions japonais a été principalement influencé par les tendances mondiales en 2020, même s’il y a eu quelques différences dans les dynamiques de marché. La plupart des marchés ont connu une dynamique régulière dans un éventail relativement restreint d’actions, mais cette tendance dure depuis plus longtemps au Japon, tandis que d’autres marchés ont connu un retournement de style plus marqué ces derniers mois. »

 

Moindre perturbation liée à la pandémie par rapport aux autres régions

« Toutes les données disponibles indiquent que le Japon a, jusqu’à présent, mieux résisté à la pandémie que la plupart des économies développées. Les restrictions à l’activité économique et à la mobilité ont généralement été moins sévères. Toutefois, la récente accélération des infections n’écarte pas la possibilité d’un nouvel état d’urgence dans les mois à venir, pour la première fois depuis mai. Au-delà, bien entendu, les progrès réalisés dans le développement de vaccins devraient nous rassurer quant aux perspectives courant 2021.

Le Japon a déjà passé des commandes fermes auprès de différents fournisseurs de vaccins de façon à couvrir l’ensemble de la population. Bien que les réglementations n’aient pas encore été déposées, le Japon devrait être en mesure de déployer des vaccins auprès des professionnels de la santé au premier trimestre 2021 et de la population en général, au deuxième trimestre. »

 

Les Jeux Olympiques doivent avoir un impact limité sur le marché

« L’un des événements proprement japonais de 2021 sera l’organisation des Jeux olympiques de Tokyo, initialement prévus en 2020. La vision politique actuelle semble favoriser une version réduite des Jeux, qui doivent débuter en juillet.

Bien qu’il s’agisse d’un événement très médiatisé, l’impact économique réel sera probablement négligeable. L’essentiel de l’impact sera observé dans un nombre beaucoup plus faible de touristes que prévu à l’origine, mais cela a déjà été totalement intégré par le marché actions et nous ne voyons pas de grand potentiel de surprise. »

 

Malgré les élections à venir, le PLD devrait rester au pouvoir

« Toutefois, l’évolution des Jeux olympiques et du déploiement vaccinal pourrait également affecter le calendrier politique au Japon. Même si le transfert de pouvoir de M. Abe à M. Suga n’a pas entraîné de changement de politique inattendu, une élection générale est prévue au plus tard en octobre 2021 et il est toujours possible que des élections anticipées soient organisées en début d’année. Quoi qu’il en soit, nous pensons que le Parti libéral démocrate restera au pouvoir et que M. Suga restera Premier ministre.

Le policy mix devrait donc rester favorable tout au long de 2021. Les mesures de relance budgétaire ont encore été prolongées en décembre grâce à un accord sur un budget supplémentaire, et la politique budgétaire restera donc expansionniste au cours des 12 prochains mois. La politique monétaire restera également très accommodante, sans compter que la déréglementation et les réformes structurelles devraient se poursuivre.

Dans l’ensemble, nous pensons que le contexte macroéconomique reste favorable au marché actions japonais en 2021. À court terme, nous devons surveiller attentivement l’augmentation récente des infections à la Covid-19 et son impact sur la consommation, en particulier dans les secteurs des services. »

 

Les bénéfices des entreprises devraient se redresser

« En l’absence de détérioration marquée des conditions économiques, nous pensons désormais qu’une reprise significative des bénéfices des entreprises est envisageable en 2021, soutenue par les derniers résultats des entreprises pour le trimestre de juin à septembre. Ces résultats montrent qu’une part importante des entreprises a dépassé les prévisions du consensus, sous l’impulsion de la reprise de la demande sur le marché final et d’une discipline solide en matière de contrôle des coûts.

L’indice de révision global est déjà revenu en territoire positif, ce qui devrait être de bon augure pour les perspectives de bénéfices des entreprises en 2021.

Bien que les valorisations du marché semblent globalement raisonnables, certaines valeurs cycliques intègrent peut-être déjà une grande partie des prévisions initiales de reprise des bénéfices. Toutefois, au-delà de ces dynamiques cycliques, nous continuons d’observer des facteurs structurels favorables au marché actions japonais, notamment les efforts déployés par les entreprises pour améliorer le rendement des capitaux propres. Malgré l’environnement difficile de 2020, les entreprises japonaises continuent d’augmenter leurs dépenses en informatique et en logiciels, notamment afin d’améliorer leur productivité future. »

 

Accélération de la dynamique d’amélioration des critères ESG

« En 2021, nous anticipons également une nouvelle dynamique positive d’amélioration de la gouvernance d’entreprise. Outre les changements apportés par les entreprises et nos efforts d’engagement auprès des dirigeants des entreprises, un nouvel élan viendra probablement de la prochaine révision du Code de gouvernance d’entreprise.

Dans le même temps, les versements de dividendes ont relativement bien résisté en 2020, comme nous l’avions anticipé, compte tenu de la solidité financière de nombreuses sociétés japonaises. Inévitablement, nous avons assisté à des réductions des rachats d’actions, mais certains signes montrent que même ces programmes commencent à renouer avec les tendances précédentes.

Outre l’amélioration de la gouvernance, nous pensons également que l’expérience de 2020 accélérera l’influence des facteurs sociaux et environnementaux dans la détermination des niveaux de cours des actions individuelles. Ces questions combinées de durabilité restent donc au cœur de nos recherches, à la fois par le biais de notre vaste calendrier de visites d’entreprises et de nos programmes d’engagement actif. »

 

L’accent mis sur les valeurs individuelles reste crucial

« Dans l’ensemble, nous restons optimistes à l’égard du marché actions japonais en 2021, car nous devrions assister à une amélioration continue des bénéfices. Toutefois, la récente reprise des cours des actions, alimentée par l’actualité liée aux vaccins et la fin de l’élection présidentielle américaine, a propulsé les valorisations globales du marché à la hausse par rapport à leurs fourchettes historiques.

Nous devons donc faire preuve de sélectivité dans notre recherche et notre sélection de titres, en nous concentrant principalement sur les entreprises dont la direction prend des mesures décisives en vue d’une amélioration durable des rendements, tout en maintenant notre discipline de valorisation. »

 

 

Le contenu de ce site est destiné aux particuliers et aux investisseurs non professionnels.

Ce document exprime les opinions du gérant ou de l'équipe citée et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., 5 Heienhaff, 1736 Sennengerbierg, Luxembourg