Points de vues - Enjeux ESG/Investissement responsable

Pas de gaspillage pour nos déchets !

Etant donné le peu de signes de réduction des déchets ménagers, comment peuvent-ils être utilisés pour produire de l'énergie et réduire l'utilisation des combustibles fossiles ? Cet article est paru dans l'Agefi quotidien du 16 avril 2019.

23/04/2019

Marc Hassler

Marc Hassler

Analyste Investissement durable

Personne ne veut les voir, mais ils sont partout ! Selon la Banque mondiale, le volume des déchets solides municipaux - constitués d'articles de la vie quotidienne jetés - devrait presque doubler, passant de 1,3 milliard de tonnes à 2,2 milliards de tonnes d'ici 2025. Selon cette estimation, nous passerions de 1,2 kg de ces déchets par personne et par jour à 1,4 kg au cours des 15 prochaines années. Le Forum économique mondial prévoit que les océans contiendront plus de plastique que de poissons d'ici 2050, ce qui souligne l'ampleur du défi. L'augmentation des revenus et l'accroissement de la population urbaine accélèrent la quantité de déchets solides produits. Les pays développés de l’OCDE produisent près de la moitié des déchets mondiaux.

Néanmoins, les déchets sont de plus en plus perçus pour ce qu'ils pourraient être : une denrée précieuse. Une tonne de déchets solides peut produire de 500 à 600 kWh d'électricité. Avec environ 700 millions de tonnes de déchets produits chaque année dans l'OCDE, cela représente environ 370 000 GWh d'électricité potentielle, dont environ 35 % sont actuellement mis en décharge. La transformation de tous ces déchets solides en électricité pourrait réduire la production d'électricité à partir de combustibles fossiles dans les pays de l'OCDE d'environ 6 %, ce qui, selon le bouquet énergétique, équivaut approximativement à éliminer les émissions de gaz à effet de serre de la Norvège, du Portugal et de la Slovaquie réunies.

Il s'agit bien sûr d'un sujet complexe. Il n'existe pas de solution universelle à la question de la transformation des déchets en énergie. Cependant, les régulateurs et les entreprises sont de plus en plus conscients de la possibilité de réduire considérablement l'impact sur les émissions mondiales, et leurs actions, ainsi que l'amélioration des technologies, offrent des opportunités commerciales de plus en plus intéressantes.

Le domaine est susceptible de continuer à évoluer ; les technologies vont de la combustion traditionnelle des déchets pour produire de la chaleur à de nouvelles approches comme les bactéries mangeuses de plastique, et de nouvelles idées continuent à émerger. Etant donné l’absence de réduction du volume de déchets produits, leur transformation en trésor semble cruciale pour limiter l'augmentation de la température à 2°C.

 

L’OCDE produit près de la moitié des déchets mondiaux : un trésor à utiliser ?

dechetsagefi.JPG

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.