Marchés

Après les élections…

28/09/2017

Rory Bateman

Rory Bateman

Directeur de la gestion Actions

Comme prévu, Angela Merkel a remporté les élections allemandes, le bloc de centre-droit CDU / CSU ayant obtenu 33 % des votes dimanche. Le SPD de centre-gauche a réuni 20,5 % des votes et a déclaré qu'il irait dans l'opposition. Les partis dominants en Allemagne restent pro-UE bien que l'AfD d'extrême droite ait connu un score supérieur aux attentes, à 12,6 % des voix.

Les négociations sur la formation d'une coalition gouvernementale pourraient prendre du temps. (Pour plus d'informations sur les éventuels partenaires de la coalition, voir le commentaire d'Azad Zangana à la fin de cette note).

Le score obtenu par le bloc CDU / CSU a été plus faible que prévu. Néanmoins, Angela Merkel a mené une bonne campagne électorale, offrant un leadership calme et contrôlé. À l'échelle internationale, elle reste considérée comme un partenaire solide.

Un Euro fort constitue un risque pour l'Allemagne

La vigueur récente de l'euro est un point préoccupant pour l'Allemagne, l'économie du pays étant tirée par les exportations. Le résultat des élections a entraîné une légère baisse de l'euro, mais elle pourrait être de courte durée. A plus long terme, la BCE s'attachera à ne pas réduire trop rapidement l'assouplissement quantitatif afin d'éviter de nouvelles pressions à la hausse sur la monnaie.  Pour le moment, le président de la BCE Mario Draghi minimise le risque d'inflation en 2018.

Vers plus d’intégration européenne?

Avec les élections en France et en Allemagne, l’on espérait qu'une alliance plus forte entre les deux pays puisse stimuler la cohésion de l'UE après la décision préjudiciable du Royaume-Uni - par exemple, de nouveaux progrès vers une véritable union bancaire ou un système de protection des dépôts de la zone euro.

Sur le plan budgétaire, Angela Merkel a déjà proposé un mécanisme budgétaire pour la zone euro prévoyant des prêts préférentiels et des garanties pour les pays disposés à adopter des programmes réformistes.

Cependant, réaliser des réformes européennes profondes sera complexe compte tenu de l'incertitude quant à la formation d'une coalition gouvernementale en Allemagne.

L'économie européenne se rétablit

Après la victoire d'Emmanuel Macron, l’espoir de réformes structurelles plus que nécessaires demeure, notamment l’amélioration de la flexibilité du marché du travail et la réduction du coût du travail. Une économie française plus dynamique serait évidemment bénéfique pour l'Allemagne et l'UE dans son ensemble.

Globalement, l'économie européenne se redresse très bien. Nous voyons un potentiel de gain supplémentaire pour les actions européennes, du fait des taux bas et de l’amélioration des marges bénéficiaires des entreprises.

Selon nous, une appréciation du marché allant jusqu'à 30 % par rapport aux niveaux actuels est possible, sur un horizon de trois ans.

Des taux plus bas entraînent une hausse des cours boursiers

Bien que l'économie européenne se porte bien, comme d'autres grandes économies, cela ne se traduit pas par une inflation plus élevée.

En conséquence, les grandes banques centrales subissent peu de pressions pour relever les taux d'intérêt. Nous estimons qu’ils pourraient se normaliser à un niveau plus faible que par le passé. Historiquement, une baisse des taux a un effet positif sur les valorisations. Ainsi, s’ils se normalisent à un niveau inférieur, la valorisation du marché devrait être plus élevée.

Rattrapage des marges bénéficiaires

Depuis la crise financière mondiale, les marges bénéficiaires des entreprises européennes ont été à la traîne par rapport à celles des États-Unis. La crise de la zone euro en 2011-2012 a eu un impact important sur la rentabilité des entreprises. Il a fallu du temps pour que l'utilisation des capacités de production dans l'économie s'améliore et que le chômage diminue.

Toutefois, les marges bénéficiaires des entreprises européennes progressent. Nous sommes probablement au début d'un processus pluriannuel qui permettra aux marges bénéficiaires européennes de par revenir à des niveaux similaires à ceux de leurs homologues américaines. Cela serait conforme à l'expérience des années 2000 et pourrait être un autre moteur de gains boursiers.

Quelles sont les options de coalition pour Angela Merkel ?

Par Azad Zangana, économiste et stratège européen

Le bloc CDU/CSU d'Angela Merkel doit décider avec qui travailler pour former un gouvernement. Le SPD a écarté la possibilité de former une autre coalition, laissant une coalition avec le FDP et les Verts comme seul gouvernement majoritaire possible.

Le FDP est le partenaire privilégié des partis CDU/CSU pour la coalition, étant donné leur position libérale pro-entreprise. Cette combinaison était au pouvoir avant les dernières élections et a bien fonctionné. Cependant, c'est la position du FDP vis-à-vis de la Grèce et d'autres gouvernements périphériques qui a retardé les renflouements pendant la crise de la dette souveraine européenne. Bien que cette coalition puisse être meilleure pour les entreprises allemandes, elle risque d'être moins favorable à l'intégration européenne.

Il convient de noter que les Verts et le FDP ne sont pas d'accord sur les questions environnementales, ce serait donc un défi que la CDU/CSU devrait relever. Nous nous attendons à ce que les Verts fassent pression pour une position plus ferme sur les questions environnementales, telles que les voitures diesel.

L'AfD a dépassé les attentes. Il devrait être le troisième parti le plus important, entrant pour la première fois au Bundestag. Bien que son pouvoir direct soit limité, le basculement vers la droite est un signe que la politique en matière d'immigration et envers l'UE pourrait devoir changer.

Pour sa part, le SPD est susceptible de se réjouir de l'occasion d'être dans l’opposition au cours de ce qui sera probablement le dernier mandat d’Angela Merkel en tant que chancelière.

Quoi qu'il en soit, les négociations se poursuivront probablement jusqu’en décembre, et peut-être même en 2018.

Un Euro fort constitue un risque pour l’Allemagne

Réservé exclusivement aux investisseurs et aux conseillers professionnels.

Ce document exprime les opinions de l'équipe d'économistes de Schroders et ne représente pas nécessairement les opinions formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders.

Ce document n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Il ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d’un instrument financier quelconque. Il n’y a pas lieu de considérer le présent document comme contenant des recommandations en matière comptable, juridique ou fiscale, ou d’investissements. Schroders considère que les informations contenues dans ce document sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Nous déclinons toute responsabilité pour toute opinion erronée ou pour toute appréciation erronée des faits. Aucun investissement et/ou aucune décision d’ordre stratégique ne doit se fonder sur les opinions et les informations contenues dans ce document.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les cours des actions ainsi que le revenu qui en découle peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant qu’ils ont investi.

Les prévisions contenues dans le présent document résultent de modèles statistiques, fondés sur un certain nombre d'hypothèses.

Elles sont soumises à un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution de certains facteurs économiques et de marché susceptibles d'affecter la performance future réelle. Les prévisions sont fournies à titre d'information à la date d'aujourd'hui. Nos hypothèses peuvent changer sensiblement au gré de l'évolution possible des hypothèses sous-jacentes notamment, entre autres, l'évolution des conditions économiques et de marché. Nous ne sommes tenus à l'obligation de vous communiquer des mises à jour ou des modifications de ces prévisions au fur et à mesure de l'évolution des conditions économiques, des marchés, de nos modèles ou d'autres facteurs.

Ce document est produit par Schroder Investment Management (Europe) S.A., succursale française, 1, rue Euler, 75008 Paris, France.